Accueil » Culture » La Cour des Trois Coquins réunit David Bowie et Kurt Cobain
Taran Coutarel -(Down) in the Dark.
Culture Mercredi

La Cour des Trois Coquins réunit David Bowie et Kurt Cobain

Philippe Fasquel a écrit et mis en scène (Down) in the Dark et (Black) Star. Il y rend hommage, à sa façon, à deux stars du rock disparus. A découvrir les 12, 13 et 14 juin.

Un diptyque en hommage à deux icônes du rock, conçu et mis en scène par le Clermontois Philippe Fasquel, homme de théâtre passionné et fasciné par la culture rock et créateur de la compagnie Ricochet(s). (Black) Star et (Down) in the Dark seront donnés à la Cour des Trois Coquins. David Bowie et Kurt Cobain sont encore (un peu) vivants…

Force poétique

Philippe Fasquel.

(Black) Star : construite comme un dialogue entre un David adolescent et un Bowie au crépuscule de sa vie, cette lecture théâtralisée fait entendre la force poétique des chansons de l’icône du glam-rock. Déconnectées de la musique et traduites en français, les paroles prennent du poids et révèlent un artiste sensible, partagé entre sa soif de vie et son questionnement existentiel. Revisitant d’abord de manière ludique tous les tubes du Thin White Duke, le spectacle pénètre ensuite de plain-pied dans l’univers très personnel de Bowie en alternant des textes de jeunesse extraits des deux premiers albums et des chansons sombres et testamentaires qui illuminent The Next Day et Black Star. La lecture réunit Philippe Fasquel et Quentin Poulet (jeu) ainsi qu’Adeline Lecatre (visuels).

Errances

(Down) in the Dark : Kurt Cobain n’est pas mort. Son fantôme, à double visage, hante le plateau. Chambre ? Page blanche ? Psyché ? L’espace est ouvert mais nous enfonce inexorablement dans la nuit. Maintenu dans la pénombre, le spectateur y suit les errances littéraires et émotionnelles d’un artiste insaisissable. Bribes de musique, extraits de journal intime, images fantasmagoriques et paroles de chansons s’entremêlent. Sur scène, Kurt a vingt ans. Mais non, il en a cinquante. Même son âge est flou. Quand les zones d’ombres vont et viennent, la seule vérité qui reste, c’est le texte. Sur scène : Taran Coutarel et Philippe Fasquel ; à la vidéo: Pierre-Cyril Deux et Paul Sutfin ; à la création sonore : Sophie Cassier.

Mercredi 12, jeudi 13 et vendredi 14 juin à 20h30 à la Cour des Trois Coquins. Réservation au 06-77-195-137.

 

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite