Accueil » Vendredi » Irini enchante l’église Saint-Léger de Royat
L'ensemble Irini- photo Exa.
Culture Vendredi

Irini enchante l’église Saint-Léger de Royat

L'ensemble Irini donnera un récital dans le cadre du Festival Voix Romanes, vendredi 9 août en l'église Saint-Léger de Royat. L'oeuvre épousera à merveille le lieu.

Le Festival Voix Romanes, initié par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme, poursuit son itinéraire et, ce vendredi 9 août, s’apprête à rejoindre la métropole clermontoise lors d’une courte escapade. Comme toujours, il relie un édifice du patrimoine roman, en l’occurrence l’église Saint-Léger de Royat, et une oeuvre, des artistes.

La femme et la Méditerranée

Hajosi, mezzo-soprano, Marie Pons, mezzo-contralto et Julie Azoulay, alto, forment à elles trois une quatrième et unique voix, celle de l’ensemble Irini — la « paix » en grec. Les multiples  constellations vocales du bassin méditerranéen consacrées à Marie sont mises en lumière et partagées avec talent par Irini. De la célébration presque érotique de jeunes filles en fleurs rappelant les rites païens antiques, à la lamentation de la mère, de la femme terrestre confrontée à la mort de son unique enfant à la louange de la reine des cieux, de la mère universelle intercédant pour l’humanité, c’est une image à la fois une et multiple de la femme que l’on voit se dessiner. Ce récital inspiré parcourt les siècles d’un bord à l’autre de la Méditerranée pour ériger ces chants en patrimoine immatériel commun. Nommé Maria Nostra, ce corpus vocal explore les chants orthodoxes grecs, libanais, syriaques, chypriotes, la liturgie byzantine, mais aussi le répertoire médiéval espagnol, italien, franco-chypriote ainsi que les traditions populaires dans un délicat mélange de monodies et de polyphonies vocales.

Une église, une histoire

L’histoire de l’église Saint-Léger de Royat, et du prieuré attenant, est presque aussi tumultueuse que la coulée de lave sur laquelle ils sont édifiés ou les sources thermales qui jaillissent en contrebas. Sur  l’emplacement originel d’une chapelle du VIIe siècle, l’église est entièrement reconstruite au XIe siècle par des moines bénédictins de la puissante abbaye de Mozac. De cette réédification romane en forme de croix latine, l’église Saint-Léger conservera quelques vestiges, comme les chapiteaux de la crypte ornés d’entrelacs et de motifs végétaux caractéristiques de la fin de la période carolingienne (Xe siècle). C’est pourtant dès la fin du XIIe siècle, en raison d’un conflit avec le Comte d’Auvergne Guy II, que commencèrent les travaux de fortification qui allaient préfigurer l’aspect actuel de l’édifice par l’ajout de  mâchicoulis, de créneaux et d’une terrasse faisant office de chemin de ronde en lieu et place de la toiture. Avec une telle architecture défensive, l’église Saint-Léger fait figure d’édifice roman particulièrement remarquable dans le Puy-de-Dôme.

Vendredi 9 août à 20h30 à l’Eglise Saint-Léger de Royat dans le cadre du Festival Voix Romanes.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite