Accueil » Vie publique » De rues masquées en terrasses démasquées
Le masque en extérieur. Jusqu'à quand ? - photo D.R.
Actualités Vie publique

De rues masquées en terrasses démasquées

On peut respirer librement sur les terrasses retrouvées. Mais pas en se promenant dans les rues. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Le retour sur les terrasses de nos bistrots et restaurants, c’est déjà un premier pas vers une vie moins restrictive. Elles sont abondamment fréquentées en ces derniers jours de printemps. On s’y retrouve, on y papote, serrés les uns contre les autres et, enfin, libérés, pour un temps, de ce masque qui nous bâillonne.

Cette liberté partiellement retrouvée amène toutefois une question : pourquoi donc le port du masque ne serait-il plus utile sur les terrasses où l’on se concentre et où l’on s’entasse ? Et pourquoi  le resterait-t-il dans les rues où, généralement, les distances entre les individus sont beaucoup plus importantes ?

La réponse est évidemment toute trouvée. Il n’y a aucune raison médicale à cette situation cocasse. Elle prouve simplement l’absurdité des règles en vigueur.

Contre l’évidence

Les scientifiques l’affirment : porter le masque à l’extérieur n’a guère d’influence sur le cours de l’épidémie. C’est en intérieur que l’on se contamine et pas en promenant son chien ou en déambulant dans les rues de la ville. Pourtant, les autorités, si prompts lors d’autres séquences à suivre l’avis des experts, maintiennent, pour le moment, le dispositif. Ils craignent de donner un mauvais signe et de déclencher une relâche générale de la vigilance. Et tant pis pour les libertés individuelles, si malmenées depuis le début de la crise. Elles attendront un peu…

« Un bout de tissu sur la bouche, ça n’est quand même pas grand-chose » entend-on parfois. Comme si respirer librement ne demeurait pas fondamental, comme si apercevoir le visage de ceux qui nous entourent n’était pas essentiel. Et dans l’avenir, au-delà de cette crise sanitaire, ne nous imposera-ton pas de porter le masque lors des épisodes grippaux ou, pourquoi pas, au quotidien, dans les transports publics ?  Plus rien ne nous surprendrait vraiment après les mois que nous venons de traverser.

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite