Accueil » Culture » Dani, icône d’hier et d’aujourd’hui
Culture Jeudi

Dani, icône d’hier et d’aujourd’hui

Dani a eu mille et une vies et beaucoup plus de nuits. Elle revient sur scène à la Petite Coopé, avec dans ses bagages, son dernier album, supervisé par Etienne Daho.

Si elle se retourne, comme dans son autobiographie La nuit ne dure pas, parue en 2016, Dani aperçoit peut-être, dans le lointain, les villes de Castres, où elle est née à la fin de la deuxième guerre mondiale, et de Perpignan, où ses parents tenaient un magasin de chaussures et où son adolescence s’est écoulée, tout près des Pyrénées et de la frontière espagnole. Elle revoit peut-être ce père qui jouait du violon, en amateur, ou ses débuts dans le mannequinat, un milieu où sa silhouette androgyne et sa coupe de garçons détonnait un peu et fascinait incontestablement.

Elle se souvient assurément de ses premiers pas au cinéma sous la coupe de Roger Vadim, en 1964, dans La Ronde, et de son audition chez Pathé Marconi pour un premier 45 tours intitulé naturellement Garçon manqué. Et elle garde assurément en mémoire la chanson Papa vient d’épouser la bonne qui, en 1968, la propulsa sur les ondes des radios périphériques et dans les pages de Salut les Copains ou de Mademoiselle Age Tendre

Égérie et muse

Meneuse de revue à l’Alcazar puis propriétaire d’un night club branché L’Aventure, fréquenté par les acteurs, les rockstars, les politiques et les couturiers, Dani est bientôt devenue une icône des nuits parisiennes sans délaisser le cinéma avec des maîtres comme Truffaut, Chabrol, Lautner, Doillon.  Égérie des plus grands photographes, de Jean-Loup Sieff à Helmut Newton, elle fut aussi la muse circonstancielle de Gainsbourg, Chamfort ou Darc. Un itinéraire pluriel pour un personnage inclassable. En 1975, Gainsbourg écrivit pour elle la chanson Comme un boomerang mais c’est en 2001 qu’elle l’interprétât enfin aux côtés d’Etienne Daho.

Crooneuse et rockeuse

Photo Gassian.

La nuit ne dure pas est aussi  le titre de son dernier album, profondément intime et supervisé par Etienne Daho. Aujourd’hui, Dani, tour à tour crooneuse et rockeuse, revient sur scène accompagnée par Émilie Marsh, guitariste très rock. Avec panache et élégance. En première partie, le duo auvergnat Hiver Pool, aux effluves « gainsbourgiennes » et en parfaite osmose avec l’univers artistique de Dani.

Jeudi 12 avril à 20h30 à la Coopérative de Mai (Petite Coopé).

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite