Accueil » Vie publique » Comment les Clermontois imaginent-ils leur ville demain?
Photo Valentin Uta.
Vie publique

Comment les Clermontois imaginent-ils leur ville demain?

L'association Lab'dem a consulté les Clermontois sur la façon dont ils voient et espèrent leur ville. En résulte un livre blanc remis récemment au maire.

Il y a la ville comme elle est aujourd’hui. Et celle, peut-être, telle qu’on voudrait qu’elle soit…Chacun, à ce propos, peut avoir des idées, des envies, des lubies aussi. L’association Lab’dem a ainsi consulté les Clermontois, recueilli leurs avis durant un an, à travers une série de rendez-vous, initiés dans les différents quartiers. En résulte un livre blanc que les membres de l’association viennent de remettre au maire de Clermont.

« Olivier Bianchi est d’ailleurs à l’origine de cette démarche. Il souhaitait interroger les Clermontois sur leurs idées concernant la ville. Et pour cela, il a fait appel à des personnes apolitiques, à une structure non municipale » souligne Stéphane Calipel, président de l’association Lab’dem. Encore fallait-il constituer une équipe de volontaires pour organiser les rencontres, les animer, être à l’écoute des citoyens. « Nous sommes une quinzaine d’individus, tous hors partis politiques. Notre rôle a avant tout consisté à écouter, prendre des notes, faire une synthèse et rédiger le livre blanc » explique Stéphane Calipel.

Grands thèmes et idées concrètes

Lors d’une réunion.

Chaque réunion a porté sur un « grand » sujet. Ont ainsi été développés, au fil des rendez-vous, le « vivre ensemble », l’embellissement de la ville, sa « simplification » ou encore la thématique « fier de ma ville ». Autour d’une table, 300 citoyens environ se sont exprimés librement. « Les gens sont d’abord des usagers de la ville, ils ont repéré ce qui fonctionnait ou ce qui marchait moins bien, souvent ils ont fait des comparatifs avec d’autres cités. En général, nous sommes rapidement sortis de problèmes « philosophiques » pour en venir à des aspects pratiques » souligne le président de l’association. C’est ainsi qu’au fur et à mesure des réunions ont émergé des idées souvent concrètes. Par exemple: créer des cantines inter-quartiers ouvertes à des publics différents (enfants, demandeurs d’emplois, actifs, retraités, personnes âgées) pour favoriser les échanges entre générations; organiser un « clean up day », un jour spécifique où habitants et élus se mobilisent pour nettoyer la ville. Ou encore créer une charte végétale annexée aux permis de construire et travailler à un éclairage public artistique et durable. « Il y a aussi cette idée d’insérer dans les quartiers des références aux philosophes des Lumières. Les citoyens s’empareraient des citations, des écrits et réfléchiraient, ensemble ou individuellement, au sens que pourraient avoir aujourd’hui les grands concepts philosophiques » souligne Stéphane Calipel. Quelques suggestions parmi d’autres qui émergent au fil des pages.

Au-delà des élections

Le livre blanc est en tous cas ouvert à tous et consultable sur Internet. Les différents candidats de la prochaine municipale clermontoise auront vraisemblablement à cœur d’y puiser quelques idées. Durant la période électorale, la démarche de Lab’dem va marquer une pause. Elle pourrait reprendre dans quelques mois, si l’on en croit Stéphane Calipel, visiblement séduit par l’expérience. « Dans le futur, on aimerait bien toucher un plus grand nombre de personnes et peut-être effectuer davantage de benchmark. » De quoi étoffer sérieusement le livre blanc et, peut-être bien, écrire de nouveaux tomes…

Le livre blanc est consultable sur http://www.labdemclermont2030.fr/

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

2 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • J’ai rien compris à ce livre blanc (même si certaines idées sont intéressantes), un niveau de boboïsme jamais atteint à Clermont …
    Quand le PS prolo dérive vers le PS bobo

  • Peut on connaitre le cout de cette production ? et des petits fours qui ont sans doute accompagné sa parution ! Une vraie équipe de sociologues serait sans doute plus pertinente et poserait la question urbaine sous un angle plus juste. Le terme ville est une entité abstraite, parler de quartiers et notamment des périphériques montrerait une réalité autre et d’autres propositions qui ne manqueraient pas de surprendre car la philosophie des lumières préconisée y entre peu !
    Hélas cette réflexion a été posée et développée depuis au moins 15 ans dans nombre de comités de quartiers qui œuvrent bénévolement .

Sponsorisé

Les infos dans votre boite