Accueil » Culture » Clermont Capitale Européenne de la Culture : une nouvelle étape
Le Volcamour de JC de Castelbajac
Le Volcamour de J.C. de Castelbajac
Culture Vie publique

Clermont Capitale Européenne de la Culture : une nouvelle étape

Nouveau nom, nouvelle équipe, nouveau site internet… mais toujours la même ambition, inscrire Clermont dans la liste des candidats au titre de capitale européenne de la culture en 2028. Cette nouvelle étape s’annonce dense et intense car il ne reste plus qu’une petite année pour rédiger le projet et le déposer en juin 2022.

Dossier “fil rouge” pour les deux mandats d’Olivier Bianchi, maire de Clermont et président de la métropole, le projet de faire de Clermont la Capitale Européenne de la Culture en 2028 vient d’entrer dans une nouvelle phase. En ce 10 mai, (date pour le moins symbolique pour l’élu socialiste), une sorte de sprint final a été lancé en vue de la rédaction du dossier qui doit être ficelé et déposé en juin 2022. La page d’Effervescences entamée en 2015 est bel et bien tournée, place Clermont Capitale Européenne de la Culture 2028. Une association porte désormais le projet, elle se nomme Clermont Massif central 2028, Patrice Chazottes en est le directeur. Ce dernier a pour rôle de fédérer tous les acteurs, non plus au niveau métropolitain mais au niveau du Massif central, ce qui devrait permettre à Clermont de retrouver un leadership régional quelque peu malmené par la réorganisation des régions de 2016. A travers un nouveau programme qui va débuter cet été, celui qui était encore récemment directeur-adjoint des publics du Centre Georges Pompidou, souhaite, mettre l’accent sur le caractère « proximité et bien-être » de la métropole, l’identité naturelle du massif, l’histoire et le lien entretenu entre le rural et l’urbain. Pour répondre aux besoins du territoire, l’association développera dans les prochains mois à un Observatoire des publics.

Le « Volcamour » de J.C. de Castelbajac, la musique de Thylacine et un programme pluridisciplinaire

“Ce qui vient de ta main naît dans ton cœur.” se plaît à dire le styliste, costumier et collectionneur d’art français Jean-Charles de Castelbajac qui a créé l’identité graphique et sonore de Clermont Capitale Européenne de la Culture 2028. Mêlant la silhouette d’un volcan à ses incontournables couleurs primaires, il a créé le logo «Volcamour» une manière très personnelle de montrer son soutien au projet. S’engager dans une dynamique profitant au Massif central semblait naturel au créateur qui a passé une partie de sa jeunesse à Limoges.
Autre artiste fortement impliqué, le musicien et compositeur électro Thylacine (lauréat des Inouïs du Printemps de Bourges 2014) sera chargé de «capter les sons du Massif central» au cours d’une résidence. Cela favorisera naturellement des déplacements pour cet artiste inspiré par les voyages et l’altérité.
Alors que la Chaîne des Chaînes, média pour regarder et écouter le Massif central proposera tous les 28 de chaque mois à 20h28, une nouvelle sélection de vidéos, de podcasts, de playlists et d’articles, le public pourra aussi prendre de la hauteur avec Altitude 2028, une série d’événements, d’expositions, de concerts, de spectacles, d’ateliers pour le jeune public dont le programme sera prochainement publié, en espérant que la crise du Covid ne viendra pas bouleverser l’enthousiasme.

Un budget de 1,3 Million d’euros

Au total cette nouvelle étape coûtera 1,3 Million d’euros. La ville de Clermont apportera 700 000 euros, la Métropole 300, somme identique à celle des partenaires privés, qui ont souhaité s’engager dans la dynamique. Certains jugeront cet engagement financier trop important mais c’est sans aucun doute le prix à payer pour pouvoir présenter un dossier à la hauteur de l’ambition. Faut-il rappeler que le projet clermontois se retrouvera challengé par ceux portés par d’autres métropoles qui n’entendent pas laisser passer leur tour. Parmi elles Saint-Denis, Rouen, Reims, et Nice déjà candidate en 2013.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite