Accueil » Non classé » Les années folles revivent sur la scène de l’opéra
Photo François Goizé.
Non classé

Les années folles revivent sur la scène de l’opéra

Ils sont cinq et s'emparent avec délectation des trésors du swing qui marquèrent le Paris de l'entre-deux-guerres. Oh-La-La-Oui Oui, un spectacle musical virevoltant et jubilatoire...

Un trio de jazz rencontre deux chanteurs lyriques et cela donne un spectacle musical jubilatoire, mettant en exergue le répertoire de chansons de l’entre-deux-guerres, un peu oublié et mésestimé par notre époque, volontiers tournée sur elle-même. Le trio? Celui des Kostards. Dans la tradition jazz de Django Reinhardt et de Stéphan Grappelli, ils font vivre l’histoire du jazz français à cordes. Issus de la formation Les Pommes de ma douche , ils interprètent instrumentalement les chansons françaises associées aux rythmes et aux couleurs du swing manouche et américain. Ils se produisent au cours de nombreuses prestations et concerts à l’étranger. Gilles Parodi est à la guitare, Laurent Delaveau à la contrebasse et Laurent Zeller au violon.

Musiciens et chanteurs

Partenaires à la scène au sein de la troupe des Brigands, Emmanuelle Goizé et Gilles Bugeaud ont interprété de nombreux ouvrages des années folles. Ils mènent parallèlement une carrière de soliste auprès d’artistes tel que Jean Lacornerie, Mireille Larroche à la Péniche Opéra, Jérôme Corréas avec Les Paladins, Marc Minkowski etc. Dernièrement ils se sont retrouvés lors de la création de l’opéra bouffe René l’Enervé  de Jean-Michel Ribes au Théâtre du Rond-Point.

Paris dansait sur un volcan

Photo François Goizé.

Oh-la-la Oui Oui, fruit de la rencontre entre ces artistes, offre une lecture actuelle des trésors du swing qui dynamitèrent les scènes parisiennes autour de figures comme Mistinguett, Maurice Chevalier, Joséphine Baker, Stéphane Grappelli ou Django Rheinardt. Accompagnés du metteur en scène Stéphan Duret et du chorégraphe Sébastien Galetoa, le quintette atypique et énergique présente un tour de chant tour à tour sentimental, insouciant, bucolique, électrique et plein d’humour, à l’image de ces folles années où Paris dansait sur un volcan.

Une belle énergie

«Le jazz manouche et la comédie musicale sont nés à Paris au cœur des Années folles. C’est un trésor musical foisonnant et audacieux. C’est le bonheur d’être vivant après la guerre de 14. C’est le plaisir qui se chante. La joie de vivre est dans chaque note, dans chaque phrase. C’est une musique qui se rit des conventions, une musique de rythmes, faite pour le corps, pour la danse.” confirment Emmanuelle Goizé et Gilles Bugeaud, tout heureux de faire revivre cette belle époque, tout heureux d’être sur scène,entourés de leurs trois compères .

Samedi 28 avril à 20h à l’Opéra Théâtre de Clermont, réservations au 04-73-29-23-44; billetterie@centre-lyrique.com

Informations sur www.centre-lyrique.com

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite