Accueil » Économie » A quoi peut ressembler le tourisme demain sur la métropole clermontoise ?
Photo Valentin Uta.
Économie

A quoi peut ressembler le tourisme demain sur la métropole clermontoise ?

La France est la première destination touristique mondiale. La métropole de Clermont doit saisir cette aubaine pour attirer et fidéliser de nouvelles clientèles.

Le tourisme est une poule aux œufs d’or. Il progresse à un taux très supérieur à la croissance mondiale (+ 3,7 %) et suscite de nombreuses convoitises. Toutes les métropoles rivalisent d’idées pour attirer de nouvelles clientèles. Invité des Deuxièmes rencontres du tourisme, Dominique Hummel, ancien président du Futuroscope qui a relancé l’activité de ce parc de loisir, avec succès, le plaçant à la deuxième place, derrière Disney, a quelques idées.

« Aujourd’hui en France, c’est la fin de l’histoire avec un grand H, des grands rêves collectifs. Les touristes sont à la recherche de story telling, de trame narrative et d’émotion. Même si cela embête notre raison, si cela bouscule notre structure cartésienne. L’émotion est ce qui trace la mémoire, ce qui fabrique des souvenirs mémorables. Les Français veulent vivre une expérience » Et Clermont-Ferrand a toute sa place dans ses aspirations touristiques car elle possède un patrimoine naturel unique : une chaîne de volcans classée au patrimoine mondial de l’Unesco qui peut donner naissance à une infinie d’histoires.

Le territoire peut aussi réfléchir à ses atouts en matière de développement durable. Il a peut-être une carte à jouer face à la surfréquentation de villes comme Barcelone, Amsterdam, Dubrovnik, Santorin, en accueillant le public lassé de ces sites où se déverse en bus ou en bateaux des flots de touristes.

Se préparer à une clientèle chinoise

Plus de 80 millions de touristes étrangers viennent chaque année visiter la France. Leur pouvoir d’achat est souvent élevé donc il serait dommage de ne pas profiter de ce rayonnement international. Pour ce faire, la métropole clermontoise doit s’appuyer sur le réseau des villes Michelin (créé à Clermont) et sur son projet de capitale européenne de la culture pour être plus attractive. Si la capitale auvergnate attire les Européens du nord, voit débarquer des Italiens et des Espagnols, elle doit regarder vers l’Asie. Car la Chine est le premier pourvoyeur de touristes internationaux. En 2030, il y aura 600 millions de touristes de l’Asie Pacifique sur un potentiel de 1,8 milliard. Cette clientèle voyage encore en groupes ce qui est plus facile à appréhender car les professionnels du tourisme s’adressent directement aux tour-opérateurs. La métropole peut aussi accueillir la clientèle solo. Une femme sur deux voyage seule aujourd’hui.

Le tourisme urbain : un nouveau marché      

La chaîne des puys- photo Valentin Uta.

Le tourisme urbain est un nouveau marché à explorer, il est en plein développement.

Pour attirer de nouveaux touristes et fidéliser une clientèle, Clermont métropole doit choisir sa cible et personnaliser son offre, mettre en avant le « French way of Life ». La ville ne manque pas d’adresses où l’on peut prendre un verre en terrasse, de marchés, de vide grenier, de brocantes, de restaurants. Il faut soigner l’accueil, apprendre l’anglais pour pouvoir vendre le territoire. Mais aussi que les Auvergnats deviennent ambassadeurs de leur territoire.

« Aujourd’hui, ne pas avoir de défauts ne suffit plus. Il faut avoir les basiques, mais aussi travailler les surprises. 80 % des clients sont prêts à payer si l’expérience vaut le coup. Au Futuroscope, j’ai installé des dizaines de Fatboy pour nos visiteurs puissent s’asseoir dessus, cela a crée une surprise qui a fortement amélioré notre note d’ambiance » souligne l’expert du tourisme.

À propos de l'auteur

Véronique Feuerstein

Véronique Feuerstein

Diplômée en histoire de l’art, Véronique Feuerstein a deux passions : le patrimoine et l’économie. Après un début de carrière au quotidien l’Eveil de la Haute-Loire au Puy-en-Velay, elle a collaboré au magazine de territoire Massif central puis est devenue rédactrice en chef de Massif-central entreprendre pendant neuf ans. Elle a ensuite participé au lancement d’un nouveau média : la Montagne entreprendre, appartenant au groupe Centre France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite