Accueil » Économie » A Clermont-Ferrand, un hôtel “Eklo” rue Auger
Le plus intéressant se passe au 4ème étage © Emmanuel Thérond
Économie

A Clermont-Ferrand, un hôtel “Eklo” rue Auger

Son rooftop ouvert à tous est idéal pour manger un morceau à prix contenu. De là-haut, la vue sur la ville est incroyable. Vivement les beaux jours...
Valérie Damidot a du soucis à se faire © Nicolas Anetson

L’entrée n’est pas forcément évidente à trouver. Une fois dans le hall rikiki, il faut emprunter un ascenseur, puis grimper au 4ème étage. C’est ici que se situe l’accueil de l’hôtel “Eklo”, inauguré le 23 janvier dernier au 6 rue Auger, entre la gare et le CHU Estaing, en face du 92ème Régiment d’Infanterie. Douze personnes y ont été embauchées en CDI.

Un peu secrète, cette nouvelle adresse se mérite, comme souvent à Clermont-Ferrand. Mais une fois sur place, quelle récompense ! Depuis le rooftop du bar-restaurant, qui surplombe les voies ferrées, la vue sur l’est de la ville est incroyable. Sur la terrasse, un conteneur maritime transformé en foodtruck immobile permet de se régaler à moindre frais. Et pour ne rien gâcher, la déco signée par le Studio Jarenji est à l’avenant.

Bonne nouvelle : le bar-restaurant est ouvert à tous, et pas seulement aux clients de l’hôtel. On peut venir y déjeuner, dîner, travailler, boire un verre, organiser un rendez-vous… Sans autre frais que ses consommations. Il y a même une cuisine partagée, des jeux et des bouquins. Bref, un bon plan pour les Clermontois(es)… “C’est un endroit caché, un peu cocooning. Mais il faut pouvoir le découvrir. Je pense que le bouche-à-oreille va fonctionner” espère, convaincue, Marie Bergami, la directrice.

Économique et écologique

Un rooftop plutôt top © Nicolas Anetson

Concernant l’hôtel, il se déploie sur les quatre derniers étages du bâtiment. Il dispose de 84 chambres doubles ou twin, 5 dortoirs de 6 lits et trois chambres familiales. Une diversité qui répondra aux attentes du plus grand nombre, de l’étudiant fauché à la famille, en passant par les couples et la clientèle d’affaires. L’hôtel propose des lits à partir de 19 euros et des chambres à partir de 36 euros.

Nous sommes dans de l’hôtellerie économique, mais designée et conviviale. L’équipe est complètement polyvalente et accueillante. Ce mélange hybride entre l’hôtellerie économique design, des chambres dortoirs et une cuisine partagée est assez unique à Clermont-Ferrand” estime la responsable.

Le concept se veut aussi écologique : en plus de bannir le plastique, l’établissement travaille avec des producteurs locaux (Happy Plantes, Café Chazal, Brasserie des Sagnes, Bioverger de Piocel…) et va installer des ruches sur le toit pour produire son propre miel. Il collabore également avec l’appli “Too Good to Go” (stop au gaspillage !), la startup de recyclage Eco Megots (le tabac, c’est tabou !) et l’éditeur Betterfly Tourism pour maîtriser ses performances énergétiques.

Cet hôtel “made in France” est le cinquième de ce jeune groupe créé en 2014. Les autres se situent à Bordeaux, Lille, Le Mans et Le Havre. D’autres ouvertures sont annoncées à Toulouse, Marne-la-Vallée ou Lyon.

La proue de la future Caf à deux pas

Cofinancé  par  La  Banque  des  Territoires, le projet  a   été   conçu   par l’agence d’architecture clermontoise MTA et construit  par  Linkcity et  Bouygues  Bâtiment Sud Est. Il jouxte la proue de la nouvelle Caf du Puy-de-Dôme, qui marque l’entrée du futur quartier Saint-Jean.

Ce secteur est l’un de ceux qui va accueillir l’essentiel du développement métropolitain de notre territoire. C’est en train se faire sous nos yeux. Regardez ce qu’était cette rue Auger avant et ce qu’elle est aujourd’hui...” déclarait Grégory Bernard, l’adjoint à l’urbanisme, le jour de l’inauguration, évoquant le passage d’une future ligne de bus en site propre.

Il y a de très belles architectures à Clermont. Quand on entend parfois qu’il y a beaucoup de chantiers, que les choses ne sont pas à la hauteur de ce qui se ferait ailleurs, je crois qu’on a ici la démonstration qu’on peut faire des choses très belles en impliquant les acteurs de ce territoire.”

Un contexte local “un peu tendu”

On croit rêver © Nicolas Anetson

Comme beaucoup d’autres, Delphine Giraud, la présidente du Club Hôtelier Clermontois, trouve ce produit “assez innovant, économique et bien pensé.” Pour elle, il devrait donc trouver sa place rapidement, d’autant plus qu’il se situe à quelques pas de la gare SNCF.

Ceci dit, elle rappelle que le contexte local reste “un peu tendu” pour la profession. A l’autre bout de la rue Auger, juste en face du CHU Estaing, un “Première Classe” a éclos dernièrement. Bientôt, ce sera une auberge de jeunesse… En tout, plus de 400 chambres supplémentaires vont ouvrir à terme sur la métropole, alors que le taux de d’occupation cumulé n’était que de 63 % en 2019. Un chiffre en légère hausse, mais “très en-dessous” de certaines autres villes de province, malgré les efforts incontestables de promotion de la destination.

À propos de l'auteur

Emmanuel Thérond

Emmanuel Thérond

Titulaire d'un Master en Littératures Modernes et Contemporaines, Emmanuel Thérond est journaliste en Auvergne depuis 2004. Il a commencé sa carrière à La Montagne, avant de rejoindre la rédaction d'Info Magazine, où il a travaillé durant 15 ans. Il écrit également pour la presse professionnelle, en particulier Le Moniteur du BTP, dont il assure la correspondance locale. Depuis 2019, il signe dans Le Parisien - Aujourd'hui en France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite