Accueil » Rencontre » Pierre Teissèdre : le nouveau président du SCTC ne manque pas de projets
Pierre Teissèdre, pdt du SCTC
Photo 7 Jours à Clermont
Rencontre Sports

Pierre Teissèdre : le nouveau président du SCTC ne manque pas de projets

Le 24e Tournoi International Junior du Stade Clermontois Tennis Club se déroule actuellement au Stade Philippe Marcombes. Il s’agit du premier tournoi organisé sous l’ère de Pierre Teissèdre, un nouveau président motivé pour faire évoluer le club.

Membre de puis 10 ans du Stade Clermontois Tennis Club, il en est devenu président au printemps dernier. Pierre Teissèdre, natif de Riom-ès-Montagnes, a succédé à Jacqueline Petit, figure emblématique d’un club qu’elle avait intégré comme bénévole dans les années 90 avant d’en devenir la présidente en 2001. Bien qu’encore en activité professionnelle au Pôle patrimoine de la Banque Postale, le nouveau président vit par et pour le tennis. Il y consacre d’ailleurs une bonne partie de son temps libre. “Je suis joueur de tennis, classé en 4ème série. J’aime bien l’esprit de compétition. Tant qu’à faire de jouer autant qu’il y ait un enjeu, mais la compétition doit rester dans un esprit convivial” précise t-il, lui qui passe une partie de ses vacances d’été à superviser le 24e Tournoi International Junior dont il est aussi le directeur.

Continuité et nouveautés

“Je vais rester dans la continuité du travail de Jacqueline Petit, en essayant d’encrer d’avantage le SCTC dans la vie sportive clermontoise” avait-t-il précisé dans son “programme de campagne” avant d’être élu. 2021 est une année importante pour le club qui doit reconquérir une partie des adhérents éloignés du tennis depuis le début de la crise du Covid. “Nous avons débuté l’année avec 380 adhérents alors qu’avant la pandémie nous étions 530” commente Pierre Teissèdre qui compte sur “le développement de la convivialité et l’esprit d’appartenance au club” pour inverser la tendance. Une incitation financière post Covid permet aussi de faire revenir les joueurs. Les anciens membres et les étudiants bénéficient d’une remise sur le prix de leur cotisation. Des projets plus ambitieux, sont également dans les cartons avec une réflexion sur l’axe “sport santé” qui permettra de toucher un public plus large et moins sensible à la compétition. Le club hébergée dans l’enceinte du nouveau Parc Marcombes pourra ainsi jouer la carte de la proximité et créer une dynamique dans le quartier. “Je réfléchis également à la création d’une école d’arbitrage, un bon moyen de toucher les jeunes puisque l’on peut être arbitre dès l’âge de 13 ans. Mais il y a beaucoup d’autres choses à imaginer au niveau de l’accueil par exemple pour s’adapter aux nouveaux modes de vie. Le télétravail a bouleversé les pratiques et l’on doit pouvoir jouer à toute heure”.

Redevenir le 1er club auvergnat d’ici 2024

La compétition jouant un rôle majeur dans l’image du club, Pierre Teissèdre souhaite maintenir le haut niveau avec l’équipe féminine Pro A, le tournoi ITF (lire notre article du 13 août 2021) mais aussi avec le développement de l’école de tennis intégrant un pôle compétition. Les nouvelles infrastructures, qui furent d’ailleurs les premières à être livrées dans la nouvelle version du stade Marcombes, permettent au club de postuler à une finale du championnat de France Pro A, cela ouvre le champ des possibles. Très sensible à l’image et à la communication, le président souhaite rapidement la création d’un maillot spécifique au SCTC. “L’idée est d’avoir une identité et inciter les joueurs à concourir en portant les couleurs du club”.
Avec un budget de 300 000 euros annuels, Pierre Teissèdre va devoir aussi se pencher sur l’axe sponsoring, mécénat et nouveaux partenariats garantissant les moyens qui permettront au club de devenir le 1er club de tennis auvergnat dans trois ans. D’ici là, le club fêtera son centenaire. Créé en 1922, comme le Stade Marcombes qui l’héberge, il est  l’un des plus ancien club du Stade Clermontois OmniSports, cela méritera un coup de projecteur dans les mois à venir.

Suivre l’actualité du Club sur le site web stadeclermontoistennis.com

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite