Accueil » Chroniques » Et si on parlait des chiens…
Photo Actuanimaux.
Chroniques

Et si on parlait des chiens…

On dit que le chien est le meilleur ami de l’homme. Pour qui a vécu avec l’un de ces animaux, cela ne fait aucun doute. Et pourtant...

Voilà près de 20.000 ans que les chiens sont les compagnons des hommes. Après les avoir domestiqués, nous les avons exploités de toutes les façons. Nous les avons utilisés pour la garde, pour la chasse, pour la guerre, pour le travail, pour des expériences souvent aussi cruelles qu’inutiles,on les a tués pour leur chair… Tout cela perdure encore aujourd’hui.

Animaux « de compagnie » ?

Photo IFAW.

Les chiens, on les vend, on les enchaîne, on les mutile, on les frappe, on les abandonne, on les martyrise, on les réduit en esclavage, on les extermine… Et pourtant, jamais ils ne se sont révoltés. Jamais ils n’ont montré la moindre hostilité envers l’espèce humaine. Au contraire.

Les chiens ont acquis au fil des siècles, dans les pays occidentaux du moins, le statut d’animaux de compagnie. Est-ce pour autant le gage d’une amélioration de leurs conditions d’existence ? Pour certains, oui, incontestablement. Pour l’immense majorité des autres, c’est de la poudre aux yeux. L’impression que l’on retire d’un examen un peu minutieux de l’ensemble de la population canine infirme cette vision idyllique du chien espèce privilégiée.

Pour les chiens, rien n’est facile. Ils ne peuvent pas nous échapper. Ils nous sont soumis quoiqu’il arrive. Voilà bien longtemps qu’ils ne savent plus vivre comme le font les loups, même si dans certains pays du monde, ils sont livrés à eux-mêmes. Ils ont irrémédiablement besoin des hommes. Pour leur bonheur, quelquefois. Pour leur malheur souvent.

   Où est le danger ?

C’est de notre bon vouloir que dépend leur bien-être ou leur souffrance. Nous les trahissons sans le moindre état d’âme. Ce sont autant d’êtres innocents qui se trouvent à notre merci. Nous usons et abusons de ce privilège. Là est le signe de notre impardonnable bassesse.

Il ne nous font, ne nous ont jamais fait aucun mal, n’en déplaise aux contempteurs de la gent canine qui voient en elle la lie des espèces animales. Traiter quelqu’un de « chien », n’est-ce pas l’injure suprême ?

Cette haine folle que nous vouons à nos plus fidèles amis, ce mépris à leur endroit s’accompagnent de plus en plus souvent d’une peur irraisonnée. On dirait bien que nos contemporains sont de plus en plus nombreux à montrer une aversion craintive lorsqu’ils se trouvent à croiser un chien… Que redoutent-ils au juste ?

Il y aurait en France plus de sept millions de chiens. D’après une étude  effectuée en 2015, en vingt ans, 33 morsures de chiens se sont avérées mortelles. Elles sont survenues dans la grande majorité des cas à cause de l’irresponsabilité ou l’imprudence des hommes. En revanche, depuis l’année 2000, les accidents de chasse ont provoqué plus de 350 décès (il y a un peu plus d’un million de chasseurs dans l’Hexagone) et, pour la seule année 2016, l’on dénombrait 3.477 morts dans des accidents de la route. La peur n’évite pas le danger. Mais le danger n’est pas toujours là où on l’attend.

Une usine à chiots en République Tchèque – photo: Cause Animale Nord.

Les chiens, dit-on, sont les meilleurs amis des hommes. Essayons enfin de faire en sorte que la réciproque soit vraie…

À propos de l'auteur

Josée Barnérias

Josée Barnérias

A toujours été au plus près de la cause animale. En septembre 2010, a fondé La Griffe, association d'information et d'intervention pour les animaux. Aujourd'hui encore, elle en est la présidente. A travaillé pendant trente années dans la Presse quotidienne régionale. Elle vit à Clermont-Ferrand.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite