Accueil » Chroniques » Montagnes hasardeuses
Photo D.R.
Chroniques

Montagnes hasardeuses

Si vous escaladez une montagne, faites-le de préférence de bas en haut.

Une montagne prétentieuse est celle qui dit « Je me suis élevée toute seule ! ».

Est-ce le haut des montagnes qui s’élève vers le ciel ou le ciel qui s’abaisse vers les montagnes ?

Les plaines monotones m’ont toujours paru pleines de promesses. Une taupe peut y construire une montagne.

L’enthousiasme soulève les montagnes, mais où les replacer ensuite ?

C’est très simple : le sommet, c’est le truc après lequel il n’y a plus rien.

Les montagnes pointues sont redoutées des nuages, et des parachutistes.

Ça me donne des boutons ! dit la Terre en constatant toutes ces montagnes qui lui poussaient sur la figure.

Les montagnes se haussent du col parce qu’elles possèdent quelques kilomètres de plus que les plaines. Mais regardez à quoi ça correspond sur le globe terrestre.

Il paraît que les montagnes sont à l’image des êtres humains. Avec l’âge, elles perdent des centimètres.

L’air pur de la montagne. Oui, mais où croyez-vous que pètent les chamois ?

Vue de l’atmosphère, une montagne n’est après tout qu’une bavure, un oubli de l’artisan chargé de lisser la surface de la Terre.

Une route de montagne noyée dans le brouillard ressemble à la vie. On réussit à y circuler parce qu’on n’aperçoit pas le précipice.

Les montagnes qui n’aiment pas la solitude se regroupent en chaînes, et quand elles parlent espagnol en cordillères.

Toutes les voitures paraissent incongrues et déplacées dans un paysage de montagne, sauf celle qui vous a permis de monter jusque là.

Quand vous en avez plein les bottes de gravir une montagne, dites-vous qu’en général de l’autre côté ça descend.

Il paraît qu’une voix trop forte peut déclencher une avalanche. Les bavards et les vantards devraient être bannis des montagnes.

C’était une montagnarde. Elle était née au sixième étage de la maternité de l’Hôtel-Dieu de Chartres.

Il aspirait aux sommets. Il montait les escaliers mais ne les descendait jamais. Il passa sa vie dans une chambre de bonne du 6e étage sous les toits.

Mamelon, croupe. La montagne serait-elle érotique ?

Une histoire de fous : si vous retournez une montagne, c’est un entonnoir.

Pourquoi des guides de montagnes ? Comme si les sommets étaient complètement bigleux et incapables de retrouver leur chemin.

Frileux de nature, il ne tentait que l’ascension des faces sud des montagnes.

Moyenne montagne ! Non, mais dites donc, pourquoi pas montagne à vaches, pendant que vous y êtes ?

Les idiots des plaines ont la chance de ne pas pouvoir être atteints du crétinisme des montagnes.

Attention chutes de pierres ! Comme si les pierres savaient lire.

Les montagnes n’aiment pas qu’on dise qu’elles sont accidentées. Cela fait invalide.

Toutes les vaches vous le diront : plus la montagne est haute, plus l’herbe est basse.

Ne vous moquez jamais d’une montagne. C’est le meilleur moyen de recevoir une avalanche ou une chute de pierres.

Une montagne accidentée a intérêt à avoir une bonne mutuelle.

Les montagnes sympas avec les écoliers s’arrangent pour avoir des altitudes en chiffres ronds faciles à retenir.

N’atteignez que les sommets inaccessibles. Les autres, c’est trop facile.

Alpiniste pourtant chevronné, il dévissa sur la face mort.

Signe des temps. Avant, les montagnes accueillaient les chapelles ou les calvaires. Aujourd’hui, les relais de télévision ou d’opérateurs  téléphoniques.

On croit gravir un sommet et on découvre une baraque de frites pour touristes.

Le premier homme qui glissa sur ses fesses dans la neige ne se doutait pas qu’il allait donner naissance quelques millénaires plus tard aux stations de sports d’hiver avec remontées mécaniques.

Autrefois, on emmenait les troupeaux de vaches à l’estive des montagnes, maintenant c’est les touristes.

Pendant longtemps les gens habitant près d’une montagne se sont abstenus de la gravir, persuadés qu’elle était le siège de monstres ou de fantômes. Maintenant ils savent que c’est pire, il y a des touristes.

Le tourisme de masse est dangereux pour les montagnes. On en connaît qui se sont effondrées sous le poids.

Les montagnes d’argent fondent au soleil de l’inflation.

Autrefois on parlait de montagnes de papier, maintenant de montagnes d’ordinateurs dans les décharges.

7 Jours à Clermont va atteindre des sommets. Est-ce pour autant une nouvelle montagne ?

À propos de l'auteur

Denis Langlois

Denis Langlois

Ancien avocat parisien spécialisé dans la défense des Droits de l'Homme. Écrivain, auteur d'une trentaine de livres dont "L'Affaire Seznec", "La Maison de Marie Belland" ou "La Politique expliquée aux enfants (et aux autres)". Écrit des aphorismes humoristiques qu'il a publié dans diverses revues, notamment "Fluide Glacial". Vit depuis une quinzaine d'années en Auvergne.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite