Accueil » Mardi » L’irrésistible son des Daughters
The Daughters.
Culture Mardi

L’irrésistible son des Daughters

Les Daughters débarquent de Providence (Rhode Island) et leur passage à la Petite Coopé ne devrait pas passer inaperçu...

Avant Daughters, il y avait eu As the sun sets pour le chanteur Alexis SF Marshall et le batteur John Syverson. « C’est l’enregistrement final du Sun Sets. Le 21 mars 2002, le soleil s’est couché pour la dernière fois. Le 22 mars 2002, nous recommençons en tant que filles » prévenaient les membres du groupe à l’heure de jeter l’éponge… pour réapparaître trois jours plus tard sous le nom de Daughters à la faveur d’un EP éponyme.

Sans ménagement

Plus de quinze années plus tard, l’itinéraire du groupe noisy rock de Providence, dans le Rhode Island, se poursuit. Nicholas Andrew Sadler (guitare) et Samuel Moorehouse Walker (basse) ont désormais intégré le line up. Le quatrième album studio du groupe, You Won’t Get What You Want retourne tripes et boyaux. Longues plages de bruitisme surchargé d’électricité, chant incantatoire, magma sonore savamment construit et déconstruit, la matière première qui a conçu les Botch, Dillinger Escape Plan, Doomsday Student et autres Locust s’écoule des platines et des scènes comme un torrent poisseux et pénétrant.

Mardi 8 octobre à 20h30 à la Coopérative de Mai (Petite Coopé).

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite