Accueil » Animaux » Le président des chasseurs piégé à son propre jeu…
Avec les chasseurs, un chat en liberté est un chat en danger- photo M.François..
Animaux

Le président des chasseurs piégé à son propre jeu…

Willy Schraen préside la Fédération Nationale des Chasseurs depuis août 2016. Dans une interview, il a proposé le piégeage des chats à plus de trois cent mètres des habitations. Depuis la polémique enfle.

Les chasseurs n’aiment pas les chats, et ça n’est pas nouveau. Globalement, ceux pour qui tuer est un loisir reprochent aux félins leur tempérament de … prédateur. Et bon nombre de chats domestiques meurent ainsi chaque année sous les plombs des chasseurs. Mais, évidemment, ces derniers préfèrent généralement ne pas trop l’avouer pour éviter de se mettre à dos l’opinion publique.

Leur président, celui de la Fédération nationale des chasseurs, a pourtant mis récemment les pieds dans le plat en proposant le « piégeage du chat à plus de trois cent mètres de toute habitation » lors d’une interview accordée au média chassons.com… Willy Schraen, c’est le nom de cet individu, précisait alors que « le chat représentait un problème pour la biodiversité. » Avec ce genre d’énergumène, mieux vaut ne pas laisser vos animaux domestiques en liberté, il risquerait fort de leur arriver malheur si l’idée leur venait de gambader dans la nature.

Tir à vue

Fort heureusement, l’interview a fait des vagues et suscité de vives réactions, venues d’un peu partout dans le pays. Sur Internet et les réseaux sociaux, le président des chasseurs a essuyé une volée de bois vert. Sans compter la réponse des associations de protection animale et le retour de quelques personnalités politiques, pourtant souvent prudentes en matière de bien être animal. Ainsi le conseiller régional Midi Pyrénées et président de la fédération socialiste député de l’Hérault Hussein Bourgi a-t-il qualifié Willy Schraen de « gros c… de la semaine » sur son compte Facebook personnel.

Depuis, le chasseur a tenté de minimiser ses propos. En fait de piégeage, il aurait voulu parler de « capture dans des cages ». Et il se gargarise désormais d’aimer les animaux domestiques… à défaut sans doute d’apprécier les animaux sauvages, sauf pour les faire passer de vie à trépas.

Dupond-Moretti à la rescousse

Piégé à son propre jeu, l’actuel président de la Fédération de chasse a été mis sous protection policière, après avoir reçu des menaces. Et, désormais, il  ne veut pas en rester là. Armé du très médiatique avocat Eric Dupont-Moretti, dont on sait qu’il est lui-même amateur de chasse et de fauconnerie, il a décidé de porter plainte contre deux personnalités politiques au minimum. Il aurait dans son viseur, en particulier, Hussein Bourgi et un député Républicain. La suite aura donc lieu dans un prétoire où personne ne risquera grand-chose, en réalité. Mais cette polémique nous paraît très révélatrice de la vraie nature des chasseurs.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Pourriez-vous apporter quelques éclaircissements sur ce que vous estimez être “la vraie nature des chasseurs” sur la base d’une personne déposant plainte pour des menaces et des incitations à la haine.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite