Accueil » Initiative » Le CSE Michelin veut promouvoir le tourisme de proximité
Lilian Nobilet, directeur, et Patrick Bernard, secrétaire général du CSE Michelin.
Actualités Initiative

Le CSE Michelin veut promouvoir le tourisme de proximité

Avec "Terre de Puy-de-Dôme", le comité économique et social de Michelin manifeste son attachement aux circuits courts. Il propose à ses adhérents un choix original de destinations locales.

Une offre de séjours courts de proximité pour de brèves vacances ou des week-ends. Avec « Terre de Puy-de-Dôme », le CSE Michelin entend inciter (ou peut-être inviter) ses 35.000 adhérents, salariés Michelin et leurs familles, à privilégier les circuits courts pour leurs loisirs. Un choix vertueux, correspondant à une demande manifeste du public. « Nous proposons ainsi une cinquantaine de destinations dans le département, principalement pour les « ailes de saison » (NDLR : mois de juin, de septembre ou d’octobre) qui sont autant de contre-propositions à des départs plus lointains nécessitant parfois de prendre l’avion » explique Lilian Nobilet, le directeur du CSE Michelin. Familiales ou à vivre entre amis ou en couple, originales, et même insolites, ou plus traditionnelles, les offres sont regroupées dans un magazine-catalogue CS Evasion, destiné aux adhérents.

Au bénéfice de l’économie locale

La démarche veut, à sa façon, valoriser la culture locale et profiter à l’économie des territoires. Pour la construire et finaliser les offres touristiques, le CSE Michelin s’est tourné vers deux acteurs ayant une démarche de valorisation à l’échelle du Puy-de-Dôme : le Parc Naturel régional du Livradois-Forez et la Route des Villes d’Eaux du Massif-Central. Le comité social et économique va injecter entre 300.000 et 500.000 euros dans cette opération ambitieuse. « C’est un coût évidemment important mais nous pouvons en particulier en charge en raison des non-départs de 2020 dus à l’épidémie de Covid » explique Patrick Bernard, le secrétaire général du CSE Michelin. Concrètement, sur une base de séjour d’un coût allant de 400 à 600 euros, le reste à charge pour un couple ou une famille de quatre personnes ne devrait pas excéder 150 euros. “Nous sommes persuadés que ce travail réalisé par quelques uns sera structurant pour des secteurs touristiques et des patrimoines précieux au devenir de nos économies locales” estime Lilian Nobilet. Bref un projet “gagnant-gagnant” à un moment où chacun d’entre nous ressent le besoin d’évasion et d’espace.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite