Accueil » Rencontre » La Muraille de Chine ou des souvenirs en béton
La Muraille de Chine, symbolique d'une époque et, pour Nicole Dumas, de son enfance- photo Patrick Foulhoux.
Patrimoine Rencontre

La Muraille de Chine ou des souvenirs en béton

La Muraille de Chine va tirer sa révérence. Avec elle, c’est un tout un pan de l’histoire sociale de Clermont qui s’efface. La cité HLM laissera le souvenir aux habitants de ce "petit village" regroupé en quelques 350 appartements. Nicole Dumas, l'une des premières habitantes, témoigne d'une certaine nostalgie...

La Muraille de Chine, ainsi que l’immeuble perpendiculaire situé à son bout, allée des Dômes, le “14 étages” côté avenue Léon Blum, vont disparaître après 60 ans de sociaux services. Les travaux de démolition débuteront en 2020 pour s’achever en 2022. Trois ou quatre petites résidences seront bâties en lieu et place, côté est. Le reste sera aménagé en parc, de la rue du Pont Saint-Jacques en montant jusqu’à la rue des Plats. Quant à la crèche, elle sera transférée dans le nouveau Pôle Enfance planifié dans le cadre du plan ANRU 2 à la place de l’école Jean Jaurès, elle-même reconstruite. Bref, un grand chambardement qui ne laisse pas insensible les habitants initiaux de l’ensemble.

Dans les sixties   

Nicole Dumas- photo Patrick Foulhoux.

C’est au tout début des années 60 que s’installent les premiers locataires, rue Henry Andraud. Les parents de Nicole Dumas sont concierges au n° 16, à partir de 1966. Ils sont cinq à vivre dans un F3 exigu. Le père de famille disparaît en 1978. Sa mère déménage, alors,  du 16 au 6. Elle y travaille en compagnie d’une autre dame jusqu’à sa retraite en 86. Dans les années 60, en effet, les concierges fonctionnaient encore en binôme. Le mari et la femme généralement. Il en faut toujours un dans l’appartement pour répondre aux sonneries d’ascenseur et au téléphone (le mobile n’existe pas) qui est toujours relié par un fil à une fiche encastrée dans le mur. Au concierge de prévenir les pompiers, les services techniques ou la société en charge de l’entretien des ascenseurs. La singularité des ascenseurs de la Muraille est de s’arrêter entre les étages. Le premier arrêt étant situé entre le 3ème et le 4ème.  Ce qui rend difficile voire impossible l’accès aux personnes à mobilité réduite. Nicole quitte la Muraille en 1978. Pour mieux y revenir… « Quand on a vécu à Saint-Jacques, on a qu’une hâte, c’est d’y retourner. C’est ce que j’ai fait après avoir divorcé. »

« La Muraille, c’était le luxe »

Dans les premières années, on trouve beaucoup d’hospitaliers et de personnels de l’AIA (Atelier Industriel de l’Aéronautique) parmi les locataires. Des foyers avec de bonnes situations pour l’époque qui font vivre les nombreux commerces du plateau Saint-Jacques. Pour faire les “grosses courses”, les résidents se rendent au Casino des Salins en empruntant les “tortillons” derrière la Muraille, avant que ne soit construit le viaduc en 1967. Une population principalement européenne y cohabite, des Portugais, des Espagnols, des Italiens. « On venait presque tous de la campagne pour travailler en ville. Pour nous, la Muraille, c’était le luxe. À la campagne, on n’avait ni salle de bain, ni ascenseur. C’était très confortable pour l’époque. On vivait vraiment en communauté, c’était un petit village. » La disparition de la Muraille est un pincement au cœur pour Nicole qui conclue par un nostalgique « ça va dénaturer le quartier. »

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Patrick Foulhoux

Patrick Foulhoux

Journaliste et grand amateur de musique rock, Patrick Foulhoux a collaboré pendant de nombreuses années avec des magazines consacrés à la musique (Rollling Stone, Rock Sound, X-Rock...) et des titres de la presse de territoire. Sa passion pour le Rock l'a conduit à devenir directeur artistique de labels, tourneur, manager, organisateur de festival et écrivain.

2 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • Bonjour Mr Foulhoux

    Ayant habité prés de 20 ans » la muraille de chine » (1961/1980) et connaissant d’ailleurs bien Nicole ( la personne interviewée) je retrouve tout à fait, dans votre article , l’ambiance chaleureuse de « petit village » dans laquelle j’ai grandi.
    Merci à vous 2 pour cet article.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite