Accueil » Sports » Gauthier de Tessières: l’argent de Schladming
Gauthier de Tessières sur l'aire d'arrivée à Schladming- photo Eurosport.
Histoire Sports

Gauthier de Tessières: l’argent de Schladming

Il y a huit ans, le skieur clermontois réussissait l'exploit lors du Super-G des championnats du monde de ski alpin. Invité de la dernière heure, il grimpait sur le podium, entre les deux "stars" Ligety et Svindal.

Les premiers championnats du monde de ski alpin disputées à huis clos se poursuivent à Cortina d’Ampezzo, la station des Dolomites. On regrettera simplement qu’ils intègrent le slalom parallèle, course aléatoire s’il en est (les deux parcours, rouge et bleu, ne sont jamais équivalents), une concession faite au sport-spectacle pour déboucher sur un titre dont la valeur sportive est pour le moins discutable et, en tous cas, indigne d’un tel événement. Il en sera de même, hélas, désormais aux Jeux Olympiques.

Il y a huit ans, c’est la station autrichienne de Schladming qui accueillait le grand rendez-vous hivernal (organisé tous les deux ans), devant un public fervent et chauffé à blanc. Schladming, réputé pour son slalom nocturne, l’un des plus spectaculaires, chaque année, de la Coupe du Monde. De beaux championnats, assurément, qui couronnaient les cadors Aksel Lund Svindal, Marcel Hirscher, Ted Ligety, chez les hommes, Tina Maze, Mikaela Shiffrin, Maria Höfl Riesch ou encore Tessa Worley  chez les filles.

La perfection n’existe pas en Super-G

6 février : pour les hommes, c’est l’heure du Super-G, l’épreuve de la spontanéité (elle s’effectue sans reconnaissance), au croisement de la vitesse pure et de la technique du géant. Le Clermontois Gauthier de Tessières est l’invité de la dernière heure. Il ne doit, en effet, sa sélection en équipe de France qu’au forfait de dernière minute de Yohan Clarey. Flanqué d’un bon dossard, le 4, le simple outsider saisit sa chance, il skie libéré sur la Planai, dévalant la pente, se faufilant entre les portes, générant de la vitesse sans hésitation. Un parcours sans fausse note dans le « jour blanc » même si la perfection n’existe pas en Super-G, où il faut improviser. De Tessières boucle son parcours en 1’24’’16 et relègue Pinturault, parti le premier, de 83 centièmes. Jusqu’au dossard 10, tous les concurrents se cassent les dents sur le temps du skieur auvergnat. L’Américain Ted Ligety, pour sa part, n’a guère de pression. C’est sur le slalom géant, sa discipline, qu’il est attendu. Son premier temps intermédiaire (relégué à deux dixièmes) est trompeur, il se lâche, donne toute sa mesure sur le tracé technique et coupe la ligne en 1’23’’96.

A Cortina pour Eurosport

La médaille d’or ira donc au skieur US, l’argent sera pour de Tessières, juste inquiété par le rush du Norvégien Svindal, le grand favori, classé troisième à deux centièmes du Français. Une médaille-surprise récompensant la persévérance du Clermontois, alors âgé de 31 ans et que nul n’avait vu venir. Jusque-là, en effet, il n’avait obtenu qu’un seul podium lors des épreuves de Coupe du Monde, 3e du géant de Val d’Isère en décembre 2008. « Je ne suis pas spirituel à ce point-là, mais quand même, je crois qu’on n’est pas là pour rien. Quand on est appelé comme ça à la dernière minute, c’est qu’il va se passer quelque chose » estime-t-il, quelques minutes après son exploit.

Conscient d’avoir touché son graal, De Tessières ne tardera pas à ranger les spatules. Non sélectionné pour les Jeux Olympiques de Sotchi (2014), il annoncera la fin de sa carrière. Aujourd’hui, celui qui a fait ses classes sur les pistes Du Mont-Dore (dont il est aujourd’hui ambassadeur) et de Super Besse, avant de rejoindre les Alpes, est à Cortina d’Ampezzo où il commente les championnats du monde 2021 en tant que consultant pour Eurosport. Ce passionné de littérature restera pour longtemps le seul Auvergnat à avoir brillé au sommet du ski alpin mondial. Même de façon éphémère.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite