Accueil » Sports » Final du e-Trophée Andros à Super-Besse : la piste aux étoiles
Photo Bruno Bade / e-Trophée Andros
Photo Bruno Bade / e-Trophée Andros
Sports Week-End

Final du e-Trophée Andros à Super-Besse : la piste aux étoiles

Après une absence regrettée dans le Sancy en 2021, le e-Trophée Andros sera de retour sur la piste de Super-Besse fin janvier avec les mesures spécifiques imposées par le variant Omicron.

Après l’annulation de la manche auvergnate du e-trophée Andros en 2021 en raison du Covid, les organisateurs Max Mamers et Claude Michy ont pris les mesures nécessaires pour que l’édition 2022 se déroule dans les meilleurs conditions possibles. Outre la limite de jauge à 5000 spectateurs et un contrôle en bonne et due forme des pass sanitaires pour tout le monde, la plus grande nouveauté résidera dans les horaires. “Cette année on roulera  de 9h30 à 17h00” annonce Claude Michy “Cela permettra de mieux gérer la journée qui sera forcement impactée par les contrôles renforcés, et puis cela favorisera la présence des plus jeunes” rappelant ainsi que les moins de 16 ans ne paient pas de droit d’entrée s’ils sont accompagnés d’un adulte muni d’un billet.

Une pléiade de pilotes

Le e-Trophée Andros 2022 est resté sur un format habituel avec des voitures 100% électriques : on retrouvera les catégories Elite / Elite pro pour les cadors et l’Andros Star pour les vedettes invitées, qui cette année s’affrontent en course-poursuite. La spectaculaire catégorie moto regroupant une vingtaine de pilotes sur des machines type cross équipées de pneus 250 clous, reste pour l’instant en version thermique. La piste de Super-Besse développe toujours 800 mètres de long et se singularise par ses buttes qui permettent aux spectateurs d’apprécier le spectacle en voyant la totalité du circuit. Et du spectacle, il risque d’y en avoir tant le plateau pilote est relevé. Sans citer la totalité des engagés il convient de retenir quelques noms dans la catégorie Elite Pro : Aurélien Panis actuel leader au général, son père Olivier, Romain Grosjean, Nicolas Prost, le toujours excellent Jean-Baptiste Dubourg qui a remporté 6 fois le trophée depuis 2016 et le Clermontois Nathanaël Berthon 3ème au général qui peut encore remporter le Trophée 2022. Invité sur la manche de Super-Besse, Sébastien Loeb qui sortira tout juste du rallye de Monte Carlo sera “bien chaud” pour en découdre et se faire plaisir. Du côté des stars invitées, on note la présence de Tomer Sisley, l’incontournable Renaud Lavillenie et deux jeunes Youtubeur, Inox Tag et Michou. En moto on suivra particulièrement les prestations des riomois, le pistard Johan Nigon et l’enduriste Romain Gioffre.  Selon Max Mamers, le Trophée est particulièrement disputé cette année avec un vainqueur différent à chaque épreuve : “On ne connaîtra réellement le vainqueur 2022 qu’à l’issue de la toute toute dernière course”.

Une épreuve de plus en plus verte

Comme le veut la tendance dans le sport automobile, le e-Trophée Andros réduit de plus en plus son emprunte carbone. Les voitures sont désormais toutes électriques, mais les motos restent encore thermiques,  faute d’alternative propre aux motos tout-terrain. Dans le paddock, tous les stands sont alimentés via le partenaire ENEDIS  même si comme l’expliquent les organisateurs, un stand possède une dérogation pour un groupe électrogène qui servirait de solution dépannage pour recharger les voitures en cas de défaillance du réseau. Claude Michy s’amuse de la tendance verte dans le sport auto et craint “que les spectateurs ne s’empoisonnent à force de respirer de l ‘air trop pur…” mais il ajoute que cette année la réduction carbone sera conséquente en l’absence des fameuses grues sur roues qui doivent monter dans le Sancy pour assurer les supports d’éclairages, inutiles cette année compte-tenu des horaires.

Final du e-Trophée Andros 2022 : samedi 29 janvier 2022 à Super-Besse
Courses du 9h30 à 17h00
Informations et réservation sur le site web du e-Trophée Andros

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite