Accueil » Vie publique » Équipements hivernaux : le Puy-de-Dôme n’y échappe pas
route enneigée / photo pexels-skylar-kang
Photo Skylar Kang / Pexels
Vie publique

Équipements hivernaux : le Puy-de-Dôme n’y échappe pas

A partir de demain, 1er novembre, les véhicules qui traverseront ou circuleront régulièrement le département du Puy-de-Dôme durant la période hivernale devront posséder des équipements spéciaux. Malgré la grogne et les contradicteurs, le préfet n'est pas revenu sur son idée d'appliquer la mesure sur l'ensemble du département et non uniquement sur certaines zones.

Sacré contradiction : Alors qu’à la COP26 on parle du réchauffement climatique, dans le Puy-de- Dôme, département où il neige de moins en moins l’hiver, il faudra désormais circuler avec des véhicules possédant des équipement spéciaux du 1er novembre au 31 mars en application de la loi Montagne II. Le préfet Philippe Chopin a en a décidé ainsi malgré les prises de positions contraires de certains élus de terrain et même de Joël Giraud, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ruralité. Ce dernier s’est étonné du manque de cohérence dans le Massif central, dénonçant une situation parfois ubuesque. Par exemple dans la plaine de Limagne, sur l’A71 on pourra rouler l’hiver, dans le sens nord-sud avec des pneus été jusqu’à Gannat, mais passé Aigueperse, il faudra être équipé… Idem sur l’A89 à la frontière de la Corrèze.

Quels équipements ?

Pour les véhicules légers, les utilitaires et les camping-car, les conducteurs ont le choix entre plusieurs solutions :
Équiper leurs voitures de quatre pneus spéciaux que l’on nomme communément “pneus neige ou pneus hiver”. Pour être conformes, ils doivent comporter le marquage M+S 3PMSF (Les pneus ne comportant que le marquage M+S sont encore tolérés jusqu’au 1er novembre 2024). Ils peuvent aussi opter pour les pneus quatre saisons qui sont également conformes à la loi. Ils possèdent l’avantage d’être utilisables toute l’année contrairement aux pneus hivers, plus efficaces, mais dont la gomme tendre s’use très vite en conditions estivales. Les automobilistes qui ne veulent pas de pneus hiver, peuvent opter pour les chaînes ou les chaussettes qui devront être présentes à bord des véhicules en cas de contrôle.
Les véhicules lourds sont soumis à une réglementation particulière.

Quand la sécurité et le social s’opposent

Si le préfet du Puy-de-Dôme a opté pour l’obligation des pneus hivers c’est pour éviter les fameux “naufrages” les rares jours d’alerte neige, mais aussi pour renforcer la sécurité car avec leur gomme tendre, ils offrent une meilleure performance de freinage pour des températures inférieures à 7°. En revanche monter des chaînes ou des chaussettes au bord de la route avec les doigts gelés, les jours de neige reste une “galère” propice aux embouteillages…
De leur côté, les députés du Puy-de-Dôme Christine Pirès-Beaune (PS) et André Chassaigne (PC) ont interpelé le préfet par courrier pour expliquer que la mesure était parfois inutile et surtout coûteuses pour les plus modeste, donnant l’exemple des gens âgés qui ne résident pas en montagne et qui ne sortent, la plupart du temps, leur voiture qu’une fois pas semaine pour aller faire des courses…
En attendant, dès demain, rouler sans équipement sera passible de 135 € d’amende, mais il semblerait que les forces de l’ordre ont reçu la consigne de préférer la pédagogie à la répression… au moins cet hiver.

Lire la circulaire de la préfecture 

 

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite