Accueil » Actualités » Elevage intensif : les images choquantes de Barrais-Bussolles
Photo L214.
Actualités Animaux

Elevage intensif : les images choquantes de Barrais-Bussolles

Alors que l'Assemblée nationale doit examiner un projet de loi sur la condition animale, l'association L214 révèle des images provenant d'un élevage porcin auvergnat. Elles sont effroyables...

Cela se passe sur la commune en apparence très paisible de Barrais-Bussolles, pas très loin de Lapalisse dans l’Allier. Elle compte une église de style gothique du XIIIe siècle et un château construit aux alentours de 1800. Une image du Bourbonnais tel qu’on l’imagine. Le village accueille également un élevage porcin et c’est là où, malheureusement, le bât blesse comme le révèlent les images tournées par L214. L’association a choisi de les rendre publiques ce jeudi 8 octobre alors que sera examinée, dans quelques heures à l’Assemblée nationale, la proposition de loi  sur la condition animale portée par Cédric Villani du groupe Ecologie Démocratie Solidarité. Un texte qui compte des amendements sur le modèle de l’élevage intensif. Il a malheureusement, très peu de chance d’être adopté au vu du lobbying effectué par les éleveurs et les chasseurs, en particulier.

Un enfer

Photo L214.

L’élevage de Barrais-Bussolles a récemment obtenu l’autorisation de la préfecture d’engraisser 6000 cochons en simultané. Son gérant est également le président de Cirhyo, l’une des plus grosses coopératives porcines françaises. Les images de L214, tournées à la mi-juillet, montrent des porcelets malades, des cochons qui se mutilent les uns les autres du fait de la forte promiscuité. D’autres individus sont malades et des cadavres remplissent les bacs d’équarrissage. Incapable de se mettre à distance pour se protéger, un cochon se fait littéralement dévorer vivant. Aucun, parmi les animaux, n’aura accès à l’extérieur au cours de sa courte vie. Bref, cela ressemble fort à l’enfer. L’association a décidé de porter plainte auprès du procureur de Cusset pour mauvais traitement. En l’occurrence, c’est le moins que l’on puisse dire…

Le commentaire de Cédric Villani

« Pourquoi les cochons seraient-ils amenés à se mutiler si ce n’était leurs conditions d’élevage ? Ce sont uniquement les conditions d’élevage dans le cadre de l’industrialisation qui ont amené les animaux à adopter des comportements tels que l’automutilation. Le cochon dans ces bâtiments n’est pas dans des conditions où il peut satisfaire ses besoins fondamentaux » a commenté le député Cédric Villani en découvrant les images. Barrais-Bussolles est un charmant village de la France profonde. Un endroit paisible… sauf à pénétrer dans l’envers du décor.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite