Accueil » Initiative » Clermont aura bientôt « son » glacier
Benjamin Pianet est à l’origine de l’ouverture d’Amorino à Clermont.
Économie Initiative

Clermont aura bientôt « son » glacier

On pourra désormais déguster des glaces italiennes à Clermont-Ferrand toute l’année. L’enseigne Amorino ouvre une boutique à partir de la deuxième semaine de mars, rue du 11 novembre.
Les glaces Amorino sont très prisées d’Instagram avec leur forme de fleur.

Une page se tourne rue du 11 novembre. Monneret a définitivement fermé ses portes en décembre, après 115 ans d’une longue histoire familiale. Les assiettes de porcelaine vont désormais laisser la place à Amorino, une enseigne de glaces italiennes, made in France.

Derrière cette ouverture se cache Benjamin Pianet, ancien directeur commercial France de Babymoov. « Cela faisait quinze ans que je rêvais d’ouvrir un glacier à Clermont-Ferrand » déclare-t-il souriant, fier d’avoir franchi le pas de l’entrepreneuriat. Cet ancien élève de l’ESC n’a pas voulu se lancer seul dans l’aventure. C’est pourquoi, il a préféré s’appuyer sur l’expertise d’une franchise classée parmi les cinq meilleures de France.

Ni colorant, ni arôme artificiel, ni conservateurs

« J’ai découvert en famille les glaces Amorino à Séville, puis à Londres, Paris, Grenoble. A chaque fois, j’ai vécu une bonne expérience client tout en mangeant de très bonnes glaces ». Il ne restait plus qu’à convaincre Cristiano Sereni et Paolo Benassi, les deux fondateurs d’Amorino, d’ouvrir une adresse à Clermont-Ferrand. Dix autres candidats étaient en lice mais Benjamin Pianet avait un atout de maître : un très bon emplacement sur la rue du 11 novembre, à quelques mètres de la place de Jaude. « La glace est un achat d’impulsion, il fallait un lieu où il y a du passage » souligne le commerçant dans l’âme.

D’authentiques glaces italiennes

C’est au cours d’un voyage que Cristiano Sereni et Paolo Benassi, deux Italiens originaires d’Emilie Romagne, ont découvert l’absence de glace italienne, servie à la spatule, en France. Désireux de faire découvrir l’authentique gelato de leur enfance aux Français, ils ont crée leur première boutique sur l’île Saint-Louis à Paris, en 2002, juste en face du célèbre Berthillon. Aujourd’hui, ils sont à la tête de 181 points de vente dans 17 pays dont 96 en franchise.

Les glaces sont fabriquées dans un laboratoire à Orly, avec des œufs frais bio élevés en plein air et du lait de Normandie, avec des fruits AOP ou IGP, sans colorant, sans arôme artificiel ou conservateurs.

Les magasins Amorino reprennent tous les mêmes codes esthétiques : pierres au mur et meubles en bois.

Egalement un salon de thé

La boutique clermontoise ne sera pas un simple cornet de glaces, elle proposera aussi un salon de thé, avec des cafés et chocolats italiens, des crêpes, des gaufres, des macarons glacés, des milk shake… Et aussi des bacs de glace à emporter dans des coffrets isothermes. Quant aux glaces, les gourmandes auront le choix entre 25 parfums, dont une dizaine vegan.

La boutique sera ouverte 7 jours sur 7 et 365 jours par an, de 10 h 30 à 23 h de juin à fin août, de 11 h à 19 h-20 h le reste de l’année. Ce sera l’un des plus grands Amorino de France, avec de nombreuses places assises. Grâce à cette ouverture, Clermont-Ferrand aura enfin son glacier.

Amorino recherche des vendeurs, si vous êtes intéressés, contactez : clermont-ferrand@amorino.com.

 

À propos de l'auteur

Véronique Feuerstein

Véronique Feuerstein

Diplômée en histoire de l’art, Véronique Feuerstein a deux passions : le patrimoine et l’économie. Après un début de carrière au quotidien l’Eveil de la Haute-Loire au Puy-en-Velay, elle a collaboré au magazine de territoire Massif central puis est devenue rédactrice en chef de Massif-central entreprendre pendant neuf ans. Elle a ensuite participé au lancement d’un nouveau média : la Montagne entreprendre, appartenant au groupe Centre France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite