Accueil » Culture » Le cinéma de Tony Gatlif, la musique de Zibeline
Djam de Tony Gatlif.
Culture Mardi

Le cinéma de Tony Gatlif, la musique de Zibeline

Sur la place de la Victoire, après un concert de Zibeline, joyeuse fanfare colorée, viendra la projection de Djam, le dernier film de Tony Gatlif, réalisé en 2017.

Un concert pour débuter une joyeuse soirée. Zibeline s’emparera ainsi de la place de la Victoire. Cette place en plein cœur de la ville, située sur une butte. Cette place et sa cathédrale noire, ses terrasses de cafés qui, l’été, ne se désemplissent pas…Zibeline s’y collera dès 20h. Zibeline? Un véritable melting pot d’influences, allant du jazz sud-africain au rock progressif, sans renier la bourrée. Le tout porté par des rythmes cuivrés. La fanfare, qui se définit comme “un orchestre des rues et des champs”  va, à coup sûr, installer une joyeuse ambiance au moment où le soleil déclinera côté puy de Dôme.

Road movie ensoleillé

Dès lors que les instruments de Zibeline se tairont, le cinéma prendra la place. Et c’est le film de Tony Gatlif, Djam qui s’emparera du grand écran. Une jeune femme grecque est envoyée par son oncle  à Istanbul afin d’y trouver une pièce pour la  réparation de son bateau. Elle y rencontre Avril, une Française de dix neuf ans, seule et sans argent, venue en Turquie pour faire du bénévolat auprès des réfugiés. Djam, à la fois généreuse et imprévisible, l’aide à rejoindre Mytilène, principale ville ce l’île grecque de Lesbos. Ce voyage ensoleillé, au milieu de superbes paysages, est peuplé de rencontres, de musique, de partage.

Le charme de Daphné Patakia

Daphné Patakia dans “Djam”.

Le road movie de Tony Gatlif, à la sauce grecque, constitue un hymne à la liberté et à la fraternité et il met en exergue le talent de la comédienne Daphné Patakia. Les images superbes sont aussi portées par la musique Rebetiko qui évoque l’exil des Grecs d’Izmir, chassés par les Turcs conduits par Atatürk. Tony Gatlif a passé son enfance à Alger avant de rejoindre la France dans les années 60. C’est en 1975 qu’il a réalisé son premier long métrage, La tête en ruine. Son thème de prédilection: la condition gitane et le destin de ce peuple.

Mardi 7 août, place de la Victoire à Clermont. A 20 h, concert de Zibeline; à 21h30, projection de “Djam” de Tony Gatlif dans le cadre des Contre-plongées de l’Été.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite