Accueil » Initiative » Les bouillonnements artistiques de Ricochet(s) Lab
Initiative Jeudi

Les bouillonnements artistiques de Ricochet(s) Lab

Théâtre, musique, arts plastiques, photographie, vidéo fusionnent dans le centre-ville de Clermont, du 22 au 24 mars lors d'un événement autour de la culture rock.

Trois jours intenses, trois jours denses. Ricochet(s) Lab va imprégner le centre-ville de Clermont en rassemblant les artistes et en conjuguant les disciplines: théâtre, musique, arts plastiques, photographie et littérature.

Ricochet comme le nom de la compagnie de théâtre que Philippe Fasquel a créé voici un an à Clermont. Cet homme de théâtre est aussi un passionné de musique et de culture rock. “La mort de David Bowie a en quelque sorte déclenché la création de la compagnie. Je souhaitais lui rendre hommage…” explique-t-il. Comment lier le théâtre et Bowie? Peut-être au travers de lectures théâtralisées. C’est en tous cas la forme choisie par la Compagnie Ricochet, à l’initiative de ce festival, étendu sur trois jours.

Cadavre exquis

Ricochet(s) Lab, qui se déroulera du 22 au 24 mars, est un événement au carrefour des disciplines et des artistes. Si la culture rock s’inscrit en filigrane des différentes propositions, le festival  mêlera donc théâtre, musique, arts plastiques, photographie et littérature. “Le défi est vraiment de créer une passerelle entre la culture rock et les différentes disciplines” souligne Philippe Fasquel. “Les jeunes, en particulier, se rendent très peu au théâtre. L’événement souhaite justement rompre ces images souvent stéréotypées et casser ces idées reçues. Pour y parvenir, nous travaillons sur des formes différentes, des propositions attractives, parfois surprenantes.” A l’image de cette exposition  multi-disciplinaire, réunissant sept artistes qui ont travaillé sous la forme d’un “cadavre exquis”, se passant le relais en quelque sorte, dont les fruits seront présentés à la salle Camille-Claudel du Centre Blaise-Pascal, véritable cœur du festival.

Le titre d’une chanson a servi de point de départ du projet collectif.  Ainsi dès le mois d’octobre Hervé Struck, photographe de la région, a travaillé pendant 2 semaines sur le thème de l’édition, à savoir le titre “Waiting for the night” de Depeche Moche.  Il a envoyé le détail d’une de ses photos à Gustaf Nygren, musicien/DJ suédois, qui, à son tour, a composé trois morceaux dont il n’a dévoilé que vingt secondes. Thiébaud Zorzi, plasticien français, s’en est inspiré pour faire une autre proposition artistique. Et ainsi de suite…” explique Philippe Fasquel. Le projet a également réuni le photographe Odd Geir Saether, la plasticienne Taisiia Cherkasova, le musicien Tom Couineau et Philippe Fasquel, lui-même, en tant que comédien.

Bouillonnant

Le musicien et DJ suédois Gustaf Nygren.

Ricochet (s) Lab, dont une première version fut testée l’an passé, a vocation à réunir des artistes locaux et d’autres venus de l’étranger. Gustaf Nygren, en provenance de Suède, et l’Ukrainienne Taisiia Cherkasova se mêleront aussi aux talents clermontois. Pendant trois jours, les lectures-spectacles, les performances théâtrales et artistiques, les expositions, les concerts, les apéro-lectures et les rendez-vous secrets se succéderont à bon rythme, l’idée étant de créer un événement bouillonnant, inventif, surprenant, iconoclaste. Le Centre Camille- Claudel accueillera trois soirées d’expérimentation artistique et d’autres lieux satellites seront investis: le salon de coiffure Rust, le restaurant Atelier Generous, le salon de thé l’Armoire à Cuillères. Et aussi le cinéma Le Rio où aura lieu une soirée une soirée de lancement consacré à Kurt Cobain, le 16 mars, en prélude à Ricochet (s) Lab. Avec peu de budget mais beaucoup de volonté et d’énergie collaborative, le festival veut ainsi créer des ponts entre les compagnies, entre les disciplines, entre les pays. Et participer au au bouillonnement artistique de la métropole clermontoise tout en affirmant une véritable identité autour de la culture rock.

Contact : 0677195137 / Page Facebook : compagnie ricochets

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite