Accueil » Chroniques » Birdie, bogey et ballon de foot
Photo Yves Meunier.
Chroniques

Birdie, bogey et ballon de foot

Lundi 1er avril 2019. Le Maire de Clermont et son adjointe aux sports, accompagnés du Danois Anders Bollerup, champion du monde 2018 et de sa compatriote Jeannette Hansen championne du monde 2017, donnent le coup d’envoi inaugural sur le magnifique parcours de FootballGolf tracé au cœur des 26 hectares du parc de Montjuzet.

Image de rêve pour la société riomoise UFG qui a bataillé de longs mois pour tenter de séduire les décideurs de la métropole afin d’installer ce parcours urbain de libre accès.
Car UFG signifie Urban Football Golf…et Urban (so english in the text) veut bien dire que le concept est orienté vers l’animation d’espaces situés dans les villes et leurs banlieues, que ce soit des parcs, des friches, des zones de loisirs, des quartiers ou des campings municipaux.
Voilà en quoi le Footballgolf diffère du Foot-Golf, lequel se pratique sur des parcours de Golf ouvrant occasionnellement leurs portes à ce sport-loisir.

Initiative locale

Au départ.

Cyril, Gilles et Pierre, les trois créateurs auvergnats d’UFG proposent une étude topographique des sites, une préparation du terrain respectant l’environnement existant, la fourniture et l’installation des matériels normalisés pour livrer un parcours clé en main en accès libre et permanent. L’investissement va de 40 à 80 000€.

Mais les belles idées ne trouvent pas forcément d’emblée preneurs. Faute de réceptivité de la part des villes, UFG a donc ouvert son ‘’show room’’ à la campagne en juillet 2018.
Oh, pas très loin de Clermont puisque c’est à Sayat, là où le Bédat entraine joyeusement les roues du dernier moulin du village dans de délicieuses senteurs d’huile de noix, qu’a été installé le premier parcours en France (mais oui !) dédié au Footballgolf.
Le parc du château de Féligonde accueille toutes sortes de public : groupes d’amis, familles, scolaires, entreprises qui viennent conjuguer les plaisirs du foot à ceux du golf dans ce sport-loisir idéalement intergénérationnel.

Les règles du jeu, celles du golf, sont relativement simples. Il s’agit de boucler les 18 trous du parcours (par 63) en jouant le moins de coups possible, du pied droit ou du gauche et avec un ballon de foot normal. Les trous sont en par 3, 4 ou 5 et sur chaque départ un panneau indique des obstacles, naturels ou artificiels, qu’il convient de contourner obligatoirement avant d’atteindre le trou dont le diamètre doit être de 500 à 600 mm selon les normes internationales de la WFGA.

La carte de score.

Un petit (nouveau) monde

C’est la WFGA, World Football Golf Association, qui gère ce sport dominé par les nations de l’Europe du nord. Les premiers parcours ont été créés il y a une douzaine d’années aux Pays-Bas, l’idée faisant rapidement son chemin au Danemark où il existe plus de 80 parcours permanents, puis en Suède et en Allemagne.
Si quelques centaines de joueurs ‘’top niveau’’ se retrouvent régulièrement sur les championnats du Monde et d’Europe ainsi que dans les grands tournois en Autriche, Espagne, Finlande, et sur les Open-Tours anglais, suédois ou Tchèque, l’immense majorité des pratiquants de ces pays se la joue façon loisir convivial sur les mêmes parcours que les stars de la discipline.
Point n’est besoin de s’appeler M’Bappé, ou Ronaldo, Woods ou Mac Ilroy pour ‘’footgolfer’’. Certes, la qualité de frappe « intér-extér » du footeux offrira un avantage pour contourner et anticiper les obstacles tandis que la bonne lecture du terrain et le dosage du putting pourront favoriser le golfeur, mais n’importe quel néophyte, homme ou femme, chaussé d’une paire de tennis trouvera immédiatement son plaisir au jeu.

Sayat en capitale

Comme on n’arrête pas le progrès, et en attendant l’arrivée annoncée d’un ballon connecté, les Auvergnats d’UFG proposent une application numérique avec carte de score, géolocalisation du parcours et possibilité pour l’utilisateur d’organiser ses challenges avec les amis et la famille.

L’approche.

Pour l’heure, Cyril, Gilles et Pierre se creusent les méninges pour faire leur(s) trou(s) en zones urbaines. Contact est pris, notamment, avec le département de la Seine-Saint-Denis pour équiper un ensemble de grands parcs en parcours d’accès libre. Contacts aussi du côté des châteaux de la Loire pour des équipements privés techniquement moins complexes d’un coût de 20 à 25 000€.

En fait, selon nos sources, l’ouverture d’un parcours dans le parc Montjuzet le 1er avril prochain relèverait finalement d’un projet en forme de queue de poisson.
Sayat va donc continuer pour un temps d’être la capitale auvergnate et hexagonale du Footballgolf.
Dans le parc de Féligonde vous croiserez peut-être le dénommé Pierre (Spinouze), président de la ligue d’Auvergne mais, surtout, classé 28ème aux championnats du Monde 2018…et premier français !
C’est ouvert même pendant l’hiver, y compris sous la neige.
(Sur réservation au 06 20 50 34 90).

 

À propos de l'auteur

Yves Meunier

Yves Meunier

Bourbonnais originaire de Gannat où il s’est essayé au rugby sous le maillot de l’ASG pendant une douzaine d’années. Diplômé d’Etudes Supérieures en Sciences Economiques à l’Université de Clermont. Journaliste à France3 Région de 1972 à 2007. Aujourd’hui impliqué avec des amis dans une aventure viticole du côté de Saint-Emilion et toujours en prise avec le sport auvergnat au sein de l’Union des Journalistes de Sports en France.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite