Accueil » Week-End » ASM-Romagnat : Repartir du bon pied en 2018 !
Un groupe solidaire pour soulever des montagnes. Photo: Vincent Roche
Sports Week-End

ASM-Romagnat : Repartir du bon pied en 2018 !

Après trois semaines de trêve, les filles de l’ASM-Romagnat retrouvent leur stade Michel-Brun ce samedi à 17h. Les filles d’Annick Hayraud vont aborder 2018 en accueillant Montpellier, champion de France en titre, et avec la ferme intention de se maintenir une nouvelle fois en Top 8.

Après un déplacement à Villeneuve-d’Ascq, leader du championnat, courant décembre (défaite 45-7) les joueuses de l’ASM-Romagnat enchainent avec la réception du champion de France, le RC Montpellier en ce début de mois de janvier. Une série de rencontres particulièrement compliquée qui nous rappelle que l’objectif premier du club auvergnat, est de pérenniser le rugby féminin de haut niveau dans notre région, en obtenant le maintien.

 

Romagnat-Montpellier, ou un petit goût d’ASM-MHR !

Annick Hayraud manager de l’équipe. Photo: Vincent Roche.

Romagnat et Montpellier ont compris que pour se développer, il était essentiel de se rapprocher d’un club professionnel de Top 14. Toutefois, si les deux entités sont aujourd’hui apparentées à l’ASM-Clermont et au Montpellier HR, le niveau de partenariat reste assez différent comme nous l’explique Annick Hayraud, manager du club romagnatois : « Les deux projets ne sont pas les mêmes. Les Montpelliéraines sont complètement intégrées au MHR avec un statut équivalent à celui des espoirs. Cela permet une meilleure utilisation des infrastructures des hommes et des conditions de travail meilleures avec la mise à disposition de structures comme le centre de formation. Elles bénéficient également d’avantages pour leur vie quotidienne ou pour poursuivre leurs études par exemple. » Un rapprochement que l’équipe de Romagnat souhaite développer dans le futur avec le champion de France de Top 14 : « Nous avons un partenariat avec l’ASM-Clermont, mais nos joueuses n’ont pas la possibilité de bénéficier du même statut que les filles de Montpellier. Nous aurons des rendez-vous courant janvier pour voir comment faire avancer les choses, et suivre le rythme de progression des autres clubs du Top 8. »

 

S’étalonner avant de se concentrer sur le maintien.

Comme l’an passé, un objectif: le maintien.
Photo Vincent Roche.

La réception de Montpellier ce samedi sera donc une occasion idéale pour se mesurer à l’élite du rugby féminin français. Vaincues nettement 55-14 au match aller, les filles de Romagnat pourraient craindre une nouvelle correction face à l’ogre du sud. Mais pour Annick Hayraud, c’est au contraire un moyen de se découvrir : « Quand on reçoit les championnes de France, l’idée c’est d’être bien préparé. Au match aller, on a subi une vraie démonstration de rugby. Notre volonté est d’élever notre niveau de jeu pour leur offrir une opposition de bonne qualité, et donner le meilleur pour essayer de perturber leur jeu. On ne jouera pas ce match comme des victimes et en ayant peur de prendre une fessée. Au contraire on doit profiter de rencontrer la meilleure équipe du championnat avec ses internationales pour élever notre niveau de jeu. C’est un superbe challenge, tant individuel que collectif, que d’essayer de les chatouiller et de les perturber dans leur jeu. »  Ce rendez-vous doit aussi préparer les Romagnatoises à un difficile déplacement à Bayonne la semaine suivante. Un match qui sera charnière dans la course pour le maintien, et qu’Annick Hayraud aborde avec envie : « On sait que Bayonne fait partie des concurrents directs avec Bobigny pour le maintien. Cette rencontre contre Montpellier doit aussi nous servir pour préparer ce déplacement essentiel. On a fait un faux pas à l’aller (défaite 15-19) et on aura la volonté d’aller accrocher quelque chose au Pays-Basque. »

 Cinquième du classement après 8 journées, l’ASM-Romagnat aura dès lors la possibilité de faire un pas décisif vers le maintien en Top 8.

 

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Julien 0ury

Julien 0ury

Journaliste-commentateur sportif dans des médias nationaux comme Eurosport, Sud Radio ou encore Rugbyrama.fr, c'est un ancien sportif qui a choisi de vivre sa passion jusqu'au bout. Amoureux de sa région, il a la volonté de présenter le sport à travers ses émotions. Diplômé de l'école de journalisme de proximité de Vichy, il souhaite mettre en avant la qualité du travail des clubs sportifs locaux afin de faire connaitre les hommes et femmes qui se battent pour faire perdurer l'activité sportive pour tous.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite