Accueil » Sports » ASM Romagnat : en demi-finale après une prestation de haut vol
ASM Romagnat - Grenoble / Photo P. Thivat
Photo P. Thivat
Sports

ASM Romagnat : en demi-finale après une prestation de haut vol

Les filles de l’ASM Romagnat ont survolé les débats et s’imposent 52 à 7 face à Grenoble en baisser de rideau d’ASM/Castres. Elles filent en demi-finale.

« Nous avons été pris dans tous les domaines, la conquête, le jeu d’occupation, nous ne sommes pas du tout rentrés dans le match et il faut rendre hommage à cette belle équipe qu’est l’ASM Romagnat qui a été tout simplement au-dessus », souligne le staff adverse. Le match commence à peine que Losa Fiafialoto servie par l’éternelle Jessy Trémoulière qui a encore hier soir, livré une prestation majeure sur la pelouse du Michelin, aplatit en coin. Dans tous les bons coups, l’altiligérienne est dans un bon soir, à l’image de son équipe qui maîtrise son rugby et qui est continuellement dans l’avancée. « Nous travaillons dur pour arriver à cette prestation là ; nous sommes dans la répétition du jeu que nous voulons mettre en place, de notre stratégie ; nos temps forts sont récompensés par des essais face à une équipe qui compte 6 internationales », déclare Fabrice Ribeyrolles. « C’est un réel plaisir de jouer aux côtés de ces filles », avoue la discrète Mathilde Roy, deuxième ligne, entrée en cours de match et qui fait progressivement son chemin dans cet effectif jaune et bleu.

Une attaque très clinique

Car dans cette première mi-temps, les essais s’enchaînent à la pelle pour les auvergnates. Et le tout avec des séquences de jeu variées, mais toujours avec la volonté de faire vivre ce ballon. Lina Tuy dans son rôle d’animatrice fait jouer habilement autour d’elle au pied ou à la main. Les Grenobloises sont complètement débordées et encaissent pas moins de 5 essais supplémentaires par Zoé Tixier, Jessy Trémoulière, Lina Tuy, Ophélie Gincourt et Mathilde Lazarko. De plus face aux perches, l’arrière jaune et bleu est en confiance, ce qui fait passer le score à 38 à 7 à la mi-temps.
« On a fait le job en première mi-temps, l’écart est impressionnant, personne ne s’attendait à cela, mais c’est aussi le résultat de notre travail offensif», précise Élise Pignot qui avec sa ligne de trois-quarts a fait des étincelles dans la défense adverse.

Une conquête rayonnante

« Nous avons fait la première mi-temps que nous voulions et nous avons concrétisé pratiquement tous nos temps forts ; nous avons bien bossé toute la semaine pour être performantes », explique Francesca Sgorbini qui à l’image de toute la troisième ligne locale a posé son empreinte sur cette rencontre. Depuis le début de saison, ce pack de l’ASM Romagnat pose bien des soucis aux adversaires qui se trouvent sur son chemin. Même celui de Grenoble avec son lot d’internationales n’a pu rivaliser avec son homologue jaune et bleu. C’est un vrai travail de sape qu’a exercé le 8 de devant de l’ASM Romagnat. Le modèle de ballon porté conclut par l’essai de Mathilde Lazarko en première mi-temps vient récompenser le travail des filles initié par Vincent Fargeas, dans ce domaine. « On voulait être au rendez-vous, on se méfiait des Grenobloises qui ont de belles individualités comme on le voit sur l’essai encaissé; collectivement, je suis très satisfait de notre prestation même si nous avons baissé logiquement de rythme en seconde période », analyse Vincent Fargeas. « Cela fait deux week-ends que nous sommes dominateurs devant, ce qui est très positif pour nous », poursuit-il. Les entrées de Toka Natua et Gaia Marris en première ligne viennent consolider un peu plus la domination du pack jaune et bleu qui non seulement n’encaisse pas de point en seconde période, mais ajoute deux nouveaux essais par Ophélie Gincourt et Losa Fiafialoto.

Continuer à promouvoir le rugby féminin

« Je suis particulièrement fière du travail effectué par les joueuses et le staff, c’est une très belle victoire et je suis très heureuse ce soir », relate Marie-Françoise Magignot, présidente de l’ASM Romagnat Rugby Féminin. Un match qui a été suivi par un public de curieux, de connaisseurs et qu’il faut arriver à fidéliser. Car l’attrait pour ce rugby féminin est encore un peu trop timide pour la présidente. « Il y a beaucoup de gens qui sont partis à 19h et c’est dommage, car il y a énormément de travail derrière pour atteindre ce niveau d’excellence et d’exigence ; c’est important que les gens s’en rendent comptent ; c’est pourquoi il faut répéter ce genre d’opérations au Michelin », conclut Marie-Françoise Magignot toujours admirative de l’état d’esprit des joueuses de l’ASM Romagnat Rugby Féminin qui ne cessent de nous donner des leçons de courage et d’abnégation au quotidien .

À propos de l'auteur

Philippe Thivat

Philippe Thivat, est correspondant d’un hebdomadaire dans l’Allier et intervenant auprès de l’ASM Romagnat rugby féminin en tant que rédacteur journaliste sportif. Il est également engagé dans le rugby citoyen qui œuvre grâce à ce sport à l’intégration des personnes handicapées et de personnes migrantes.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé