Accueil » Chroniques » Le rêve gardien du sommeil?
Illustration Zaïtchick.
Chroniques

Le rêve gardien du sommeil?

« J’aime ma femme, et pourtant, je fais souvent des rêves érotiques au cours desquels j’ai des relations sexuelles avec une inconnue. Je tiens à préciser que, dans la « vraie vie », lorsque je fais l’amour avec mon épouse, mon imagination ne s’égare pas. C’est bien elle que je tiens dans mes bras. Je trouve complètement déconcertant d’être ainsi visité durant mon sommeil. Au réveil, je ne parviens pas à me décider : est-ce que j’ai « vécu » (ou non) un moment agréable comme pourrait  le laisser penser la nature de cette rencontre nocturne. Ce dont je suis certain, c’est que je me sens coupable… »

Il existe de nombreuses sortes de rêves qui peuvent être regroupés en trois catégories : ceux dont le sens est quasiment transparent, ceux qui sont compréhensibles mais déconcertants et ceux qui semblent complètement absurdes. Le votre semble entrer dans la deuxième catégorie.

La transformation d’un désir insatisfait

Le travail du rêve consiste parfois à « concrétiser » un désir insatisfait. La censure, durant le sommeil, se relâche et permet l’accès à la conscience d’aspirations refoulées.

Le travail de figuration

Dans votre cas, il s’agit peut-être d’un travail de figuration. Vos pensées inconscientes – vouloir vivre une situation érotique – deviennent des éléments visualisables dans votre rêve. Dans la réalité, c’est avec votre femme que vous désirez connaître ces moments de tendresse. Peut-être estimez-vous, sans en avoir clairement conscience, qu’ils ne sont pas assez fréquents? Pourtant il y a une limite au décryptage d’un rêve. Car il est malaisé d’identifier de manière incontestable des liens logiques entre les pensées, d’établir des liens de cause à effet qui peuvent par exemple passer par l’alternative voire la négation.

Votre sentiment de culpabilité témoigne d’une dimension expiatoire qui confirme que le rêve est à traiter comme un symptôme névrotique. Il offre en même temps une réalisation du désir (ce qui peut être pénible sans que cela soit contradictoire avec son contenu) et une tentative de défense contre ce même désir ou une mesure punitive pour y avoir cédé. 

Le plaisir de l’activité de rêver

Au-delà même de son contenu, la seule activité du rêve fournit un plaisir destiné à sauvegarder le sommeil. Toutes nos activités psychiques visent une fin utile et future (réflexion, organisation, projection) ou nous proposent un gain de plaisir immédiat en tant que tel. Un plaisir qui est commun à toutes les activités psychiques dont le rêve fait partie.

 

 

 

À propos de l'auteur

Karine Mioche

Karine Mioche

Elle exerce  la psychologie clinique en cabinet libéral, à Clermont-Ferrand et en centre thérapeutique. Au sein de son cabinet , situé en centre-ville, elle est associée à trois médecins. Elle y accueille des adultes, des adolescents et des enfants. Par ailleurs, elle écrit, effectue des recherches et réalise des expertises.

2 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • Manque ou simplement transposition de moments agréables avec l’épouse? Nous ne sommes pas responsables de nos rêves. Il faudrait retrouver le calme intérieur de la journée à l’aide des motivations et l’analyse de votre article réponse, pour que ce rêve redevienne gardiens du sommeil.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite