Accueil » Innovation » Petite histoire de la voiture électrique
Camille Jenatzy sur La Jamais Contente / Photo DR
Événement Innovation

Petite histoire de la voiture électrique

Alors que la mobilité durable est au centre du 1er Charade Electric Festival dont 7 jours à Clermont est partenaire, une plongée dans le passé prouve que dès le début de l’histoire de l’automobile, les constructeurs ont travaillé sur l’électricité.

C’est durant la première moitié du XIXe siècle que l’on a vu apparaître le premier véhicule électrique sous l’impulsion de l’homme d’affaires écossais Robert Anderson. Son véhicule était en réalité une carriole améliorée. Par la suite, le français Gaston Planté invente en 1859 la batterie rechargeable au plomb acide  qui va changer bien des choses. L’américain William Morrison construit en 1891 la première « vraie » voiture électrique et quelques années plus tard des taxis électriques commencent à rouler à New-York. Au tournant du XXe siècle, précisément en 1899, une entreprise belge met sur la route « La Jamais Contente » la première auto électrique à dépasser les 100 km/h. En forme de torpille et équipée de pneus Michelin, elle inscrit un record de vitesse en atteignant les 105, 882 km/h. Son nom lui avait été donné par les ingénieurs eux-même pour montrer qu’ils pouvaient améliorer sans cesse ses performances.

Le moteur à combustion s’impose au XXe siècle.

En 1900, environ un tiers des voitures en circulation sont électriques et cohabitent avec les véhicules à vapeur ou essence. Ces belles heures sont de courte durée car Daimler et Benz ont mis au point le moteur à combustion interne, communément appelé moteur à explosion. Le coup de grâce est porté par Henri Ford qui, avec ses méthodes modernes, impose la Ford T et ce type de moteur moins onéreux à construire et plus performant en terme d’autonomie.
La question de la pollution se pose déjà dans les années 60 en particulier aux USA et la crise du pétrole de 1973 relance l’idée de voitures plus propres ; l’électricité refait surface. A cette époque Buick a mis au point une voiture hybride mais c’est au final  le japonais Toyota qui imposera la première voiture hybride commercialisé en série en 1997. La célèbre Prius, malgré un look étrange, s’impose rapidement auprès de la clientèle écolo et reste au catalogue de nos jours en version rechargeable après 4 générations successives, un vrai succès. Les lobbyistes du pétrole n’arrivent plus à freiner les projets et les constructeurs ont tous des plans de véhicules électriques dans leurs tiroirs. Tesla et son modèle S prouve à partir de 2012 que l’on peut rouler 100% électrique sur une assez longue distance tout en rivalisant de confort, de performance et de beauté face à la concurrence. Reste à régler le problème des tarifs encore élevés aujourd’hui mais qui ne tarderont pas à baisser sensiblement.

Mémoire courte

Dans nos rues, même si elles sont de plus en plus nombreuses, les voitures électriques restent très minoritaires et pour l’instant, seule la Zoé de Renault s’est réellement banalisée dans le quotidien urbain. Et pourtant on a oublié que les constructeurs n’ont jamais cessé de produire des véhicules électriques. Ainsi dans les années 30 on pouvait rouler dans une auto électrique construite sur un châssis Renault Celta. Peugeot durant la guerre trouva la solution à la pénurie d’essence en proposant VLV, Voiture Légère de Ville aux curieuses roues arrières jumelées mais dont la fin de vie fut précipitée par le gouvernement de Vichy. Par la suite le groupe PSA lance des 106 et des AX version électrique dans les années 90 alors que Renault propose à la Poste des Kangoo rechargeables. Du côté des camions, l’électrique n’est pas non plus une nouveauté. Le célèbre magasin Harrods fait circuler des camions de livraison électriques dans Londres durant la première moitié du XXe siècle, alors que certains parisiens ont en mémoire le look caractéristique des camions Sovel utilisés pour le ramassage des poubelles  des années 40 à 70.

On le voit, rouler à l’électricité n’est pas une idée neuve. 150 ans après Anderson, les constructeurs sont en capacité de proposer ce qui a toujours manqué aux véhicules électriques : l’autonomie. Avec son modèle 3 vendu au prix d’une grosse berline thermique allemande, Tesla annonce plus de 500 KM sans recharger pourvu que la conduite soit adaptée. La majorité des constructeurs proposent aujourd’hui des modèles électriques dans leur gamme, le public pourra d’ailleurs en découvrir un certain  nombre durant le Charade Electric Festival.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite