Accueil » Chroniques » Paradis artificiels
Chroniques

Paradis artificiels

« Depuis un an, j’échange des sms avec un homme dont j’ai fait la connaissance sur Internet. Nous nous écrivons beaucoup et nous sommes devenus virtuellement intimes. À force de dialoguer, j’ai commencé à éprouver des sentiments à son égard. Mais, à chaque fois que je lui propose de nous rencontrer, il prétexte un surcroît de travail ou un coup de fatigue pour se défiler. J’aime beaucoup cette complicité qui nous unit. Mais je finis par me lasser. Pour moi, le rencontrer en chair et en os est devenu indispensable. Lui, semble se satisfaire de ces relations virtuelles. J’ai l’impression d’être pour lui un moyen d’échapper à sa solitude sans avoir à s’impliquer dans la vraie vie. Que dois-je faire ? »

Un miroir idéalisé

Les sms vous ont permis de vous découvrir, de devenir intimes… dans le domaine de l’imaginaire. Ce langage est comme un miroir idéalisé de vos sens. Pour l’instant, vos échanges se poursuivent, car vous vous impliquez tous les deux dans ce mode de fonctionnement. Vos sms se nourrissent, et se rectifient avec ceux de l’autre. Le délai nécessaire pour les rédiger vous permet aussi de garder un certain contrôle.

Mais au fur et à mesure, vous vous rendez compte que si cet homme ne sacrifie pas un peu de son imaginaire à un peu de réel, vous finirez par vous poser la question : « À quoi bon continuer ? »

Les écueils du langage SMS

Le langage sms est à la fois trop riche et trop déshumanisé, excessif et pauvre. C’est pourquoi il ne suffit pas à établir une relation. Les textos sont des « Paradis artificiels ». Ils ne fonctionnent qu’avec des mots qui transitent par un objet, alors qu’une relation met en rapport deux images et deux corps qui se parlent.

Après les premiers temps idylliques, vous comprenez maintenant que la suite sera, peut-être, différente de ce que vous imaginiez. Ses sms à lui ont peut-être une autre finalité que les vôtres. Et vous, vous vous interrogez : « Veut-il vraiment me voir ? Ses sentiments sont-ils réels ? …»

Lorsque vous aurez éclairci ce qui vous anime et ce que vous souhaitez, il sera le temps de conclure.

À propos de l'auteur

Karine Mioche

Karine Mioche

Elle exerce  la psychologie clinique en cabinet libéral, à Clermont-Ferrand et en centre thérapeutique. Au sein de son cabinet , situé en centre-ville, elle est associée à trois médecins. Elle y accueille des adultes, des adolescents et des enfants. Par ailleurs, elle écrit, effectue des recherches et réalise des expertises.

4 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • En sms comme en « live », la relation de départ est toujours idéalisée parce qu’on a envie que ça marche. C’est par la suite qu’on relativise. Une relation se construit sur la durée et pas forcément en continu. Le sms n’est qu’un outil au départ.

    • C’est tres juste, une relation peut être très idéalisée les premiers temps. Et la notion de construction dans la durée, sans nécessité de continuité, est intéressante.

      L’écriture, les sms, dans le cas de cette dame, est un traitement qui pallie à l’absence et au défaut de satisfaction pulsionnelle, imposés par cet homme qui se dérobe à la rencontre. Les sms font signes, malgré tout, de l’existence de l’autre. C’est une satisfaction, un temps donné, pour pallier à l’absence. Mais ça lasse ! D’où le « à quoi bon… »

  • Bonjour Karine,
    Peux-t-on vraiment parler de relation amoureuse par sms ? Je pense également à un « outil de départ ». Ce n’est qu’un leurre amoureux.
    Est-ce que la désillusion de la rencontre dans le réel n’est pas déjà programmée par l’autre qui entretien ce mode de jouir dans l’imaginaire ?

    • Oui, la rencontre dans le réel est probablement d’emblée exclue, au moins inconsciemment. Mais c’est aussi miser sur les mouvements de l’inconscient, sur le désir et la rencontre que de pas savoir à l’avance.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite