Accueil » Chroniques » L’urbex : rencontre avec le temps
Photo D.R.
Chroniques

L’urbex : rencontre avec le temps

Des bonbons ou un sort ?! Ce week-end, c’est Halloween et pour l’occasion nous vous faisons découvrir une pratique insolite et riche en sensation…

Si la veille de la Toussaint rime habituellement avec sorcière, fantôme et friandise, une nouvelle créature a pointé le bout de son nez… la COVID-19.  Effroyable et sans pitié, cette dernière nous a poussés à sortir nos masques plus tôt que prévu. Alors comment faire le plein d’adrénaline en pleine crise sanitaire ? Pour certains la réponse est toute trouvée, attention frissons garantis !

La chasse aux lieux abandonnés

Photo D.R.

Halloween, cette fête folklorique qui réunit le 31 octobre les amateurs « d’épouvante » ne pourra pas se poursuivre jusqu’à tard dans la nuit en raison du couvre-feu actuel. Pas de quoi inquiéter les amateurs de sucrerie qui auront jusqu’à 21h pour faire le plein de bonbons. Il sera toujours possible de poursuivre la soirée autour de contes ou de films d’horreur. Pour les plus intrépides c’est une toute autre activité qui est au programme, très en vogue et plébiscité pour les personnes à la recherche de l’inexploré.

L’exploration Urbaine, abrégée Urbex, est une discipline insolite qui consiste à visiter des lieux abandonnés. De quoi se donner froid dans le dos surtout lorsque l’on sait que cette activité n’est pas vraiment légale, les bâtiments souvent difficiles d’accès ou cachés. Parmi les lieux prisés des Urbexeur : les friches industrielles, les tunnels de métro, des catacombes, des cimetières ou encore des rooftops. Si pour certains ce sont l’aspect historique ou la photographie (souvent publiée sur Instagram) qui suscitent leurs curiosités, pour d’autres c’est plus la recherche d’adrénaline et de sensations qui prend le dessus. Pas étonnant, quoi de plus effrayant que de visiter les catacombes de Paris un week-end d’Halloween ??? Rajouté à cela que l’activité n’est pas sans danger, chute, effondrement, mauvaise rencontre…

Capturer le passé jusqu’en en Auvergne

Nul besoin de se rendre dans de grandes villes pour s’adonner à la visite de lieux insolites quand on a l’auvergne comme terrain de jeux. Riche de ses friches industrielles, entrepôts désaffectés et châteaux abandonnés, les explorateurs sont de plus en plus nombreux à risquer ce type d’escapades rurales. Cependant, ces lieux abandonnés et chargés d’histoire sont difficiles à trouver. Par principe dans le milieu de l’urbex, on ne divulgue pas ses trouvailles, façon volontaire ou non d’entretenir encore un peu le mystère. Bien qu’ils puissent également être difficile d’accès, il faut s’efforcer de pénétrer sans effraction et laisser les lieux dans l’état où ils sont avec pour seul arme une caméra ou un appareille photo.

Des bâtiments hors du temps ou la végétation a repris ses droits, loin du vacarme ambiant de la ville où le silence deviendrait presque pesant. Digne d’un décor de cinéma, ces derniers sont en effet souvent le théâtre de récit ou film d’épouvante. Les urbexeur eux aussi partagent leurs aventures en photo et vidéo sur les réseaux sociaux. Alors, si comme moi, vous êtes moins téméraire, préparé du popcorn et rendez-vous sur votre canapé pour suivre leurs excursions, l’expérience promet d’être tout autant excitante et angoissante.

 

À propos de l'auteur

Baptiste Vlaj

Baptiste Vlaj

Originaire du Berry, où il a décroché un Bac économique social, ce mordu de sport pratique le judo et le football. Également animateur, il privilégie le partage et le contact humain. Aujourd’hui, c’est avec joie qu’il s’investit par passion dans l’univers médiatique en parallèle à ses études d’information communication au sein de l’UCA.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite