Accueil » Économie » Les thermes de Royat se refont une santé
La fréquentation affiche une progression de 1,13 % cette année © Marielsa Niels
Économie

Les thermes de Royat se refont une santé

Après deux années compliquées, l’établissement affiche une légère progression de fréquentation. La mairie souhaite désormais confier sa gestion à un investisseur privé.

Près de 800 curistes en moins en 2018. Et l’année précédente, un taux de satisfaction qui n’était pas au rendez-vous. C’est peu dire que les thermes de Royat viennent de traverser deux saisons compliquées. La fréquentation était même descendue sous la barre (symbolique) des 8.000 curistes… Heureusement, la spirale semble s’inverser. Pour preuve, Dominique Ferrandon, le directeur, se dit “plutôt content” des résultats de 2019. “Nous sommes à 1,13 % de fréquentation supplémentaire, quand la tendance nationale est en baisse de 3 %.” Une progression que l’on retrouve dans l’ensemble des onze stations auvergnates, qui représentent quelque 10 % du marché national.

+45% de nouveaux curistes

Autre motif de satisfaction : le nombre de nouveaux curistes a progressé de 45 % et les cures du soir en rhumatologie ont – semble-t-il – rencontré leur public. Elles s’adressent principalement aux actifs de la métropole clermontoise qui ne sont pas disponibles en matinée.

Ces résultats encourageants ne sont pas le fruit du hasard. Un gros travail a été mené en interne pour améliorer la qualité de service. De plus, un nécessaire “repositionnement” a été mené en termes de communication. “Avant, nous étions la station du cœur et des artères. Aujourd’hui, Royat est la station de l’eau et du gaz aux portes de Clermont-Ferrand et de la chaîne des puys…

6 à 10 millions d’euros nécessaires

Pour conforter ce dynamisme, l’annexe “Aesclepios” va accueillir à partir du 4 novembre un SPA thermal ouvert toute l’année. Jusqu’à présent, il ne recevait les clients que pour des cures spécifiques… “Ce projet a vu le jour en accord avec Royatonic, qui ne propose pas de balnéothérapie” précise le directeur.

Mais le principal défi pour les thermes de Royat reste celui de la réhabilitation. Entre 6 et 10 millions d’euros sont nécessaires pour rénover cet établissement jugé “compliqué et vieillissant” par Dominique Ferrandon. Pour trouver des fonds, la mairie va donc confier sa gestion à un investisseur privé, dans le cadre d’une délégation de service public. L’appel d’offres a été lancé. Et la Ville de Royat (qui reste propriétaire des murs) a déjà reçu des candidats…

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Emmanuel Thérond

Emmanuel Thérond

Titulaire d'un Master en Littératures Modernes et Contemporaines, Emmanuel Thérond est journaliste en Auvergne depuis 2004. Il a commencé sa carrière à La Montagne, avant de rejoindre la rédaction d'Info Magazine, où il a travaillé durant 15 ans. Il écrit également pour la presse professionnelle, en particulier Le Moniteur du BTP, dont il assure la correspondance locale. Depuis 2019, il signe dans Le Parisien - Aujourd'hui en France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite