Accueil » Week-End » Et pourquoi pas le Livradois-Forez ?
Les sentiers autour d’Espirat sont parfaits pour mettre les watts ! © Emmanuel Thérond
Loisirs Week-End

Et pourquoi pas le Livradois-Forez ?

7 Jours à Clermont a passé une journée hors des sentiers battus dans le Livradois-Forez. Au menu : la découverte de la trop méconnue Maison de l’Améthyste et une balade à trottinette électrique tout-terrain dans la Toscane auvergnate…Une idée d'escapade automnale et bucolique depuis Clermont.

Allez savoir pourquoi, le week-end, les Clermontois(es) lorgnent souvent à l’ouest, du côté de la chaîne des puys. Pourtant, le parc naturel régional du Livradois-Forez offre une foule d’activités pour se changer les idées, prendre l’air ou faire le plein de sensations fortes. Afin de les faire découvrir, l’Office de Tourisme a organisé il y a quelques jours une journée sur-mesure pour 7 Jours à Clermont.

La première étape de cette escapade hors des sentiers battus se déroule au Vernet-Varenne, entre Issoire et Saint-Germain-L’Herm. L’été, son plan d’eau fait le bonheur des touristes et des locaux. Mais nous le laissons derrière nous pour grimper en direction du château de Montfort, qui abrite la trop méconnue Maison de l’Améthyste.

D’après la légende, cette pierre fine aux reflets pourpres protège de l’ivresse et permet de garder les idées claires. Elle fait surtout le bonheur des bijoutiers, des créateurs et des collectionneurs. On raconte qu’autour du Vernet, les chemins en sont pavés. Et pour cause : il s’agit du plus grand gisement d’Europe. Abandonnée depuis les années 1970, son exploitation devrait reprendre prochainement. On promet une extraction “raisonnée”, sans conséquences environnementales.

Rendez-vous à la mine, fabrication de bijoux…  

L’améthyste : l’autre trésor du Vernet © Emmanuel Thérond

L’image des musées de minéralogie est souvent… poussiéreuse. Adrien Abrit, animateur de cette structure à taille humaine, en est bien conscient. D’où l’idée d’organiser de nombreux ateliers et activités. “Nous mettons l’accent sur l’échange” insiste ce passionné. Rendez-vous à la mine, fabrication de cristaux, recherche de minéraux en rivière, confection de bijoux… Ces animations pour petits et grands rencontrent un joli succès. Il y a même un bac à sable interactif permettant de façonner du bout des doigts des paysages en trois dimensions. Il n’existe pas d’équivalent en Auvergne.

L’améthyste est un outil de valorisation du territoire. Près de 10.000 visiteurs fréquentent le musée chaque année. On estime les retombées économiques à environ 3 millions d’euros…” estime Pierre Lavina, le maître des lieux.

La Toscane auvergnate sans effort

Preuve que le Livradois-Forez est immense : il nous faut trois quarts d’heure (en voiture) pour rejoindre notre deuxième point de chute. Après un bon déjeuner au restaurant Le Tour de Cou à Lezoux, direction Espirat. Avec “Funcross”, le propriétaire du vélorail, Christophe Faivre, a choisi de se diversifier en proposant des trottinettes électriques tout-terrain à la location. Comptez 37 euros par personne pour mettre les watts. En revanche, laissez vos enfants à la maison : l’activité est réservée aux plus de 14 ans.

L’itinéraire que nous choisissons dure deux heures. L’assistance électrique permet d’avaler ces 28 km sans fournir le moindre effort (poke les flemmards !) Seul un léger sifflement nous rappelle que l’engin fonctionne à l’électricité… Cette balade au gré des chemins offre de jolis panoramas sur la Toscane auvergnate, en particulier depuis le sommet de la colline du Peuchat, à Glaine-Montaigut. Au loin, on aperçoit le château de Ravel, qui a servi de décor au film “Les Choristes” de Christophe Barratier.

Pour se repérer, pas besoin de carte, les itinéraires sont enregistrés dans un GPS fixé sur le guidon. La prise en main de l’engin est facile : deux poignées pour freiner, une gâchette pour accélérer… Il suffit juste de garder l’équilibre une fois lancé. Logée dans un sac-à-dos, la batterie se fait vite oublier.

Et vous, vous faites quoi le week-end prochain ?

 

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Emmanuel Thérond

Emmanuel Thérond

Titulaire d'un Master en Littératures Modernes et Contemporaines, Emmanuel Thérond est journaliste en Auvergne depuis 2004. Il a commencé sa carrière à La Montagne, avant de rejoindre la rédaction d'Info Magazine, où il a travaillé durant 15 ans. Il écrit également pour la presse professionnelle, en particulier Le Moniteur du BTP, dont il assure la correspondance locale. Depuis 2019, il signe dans Le Parisien - Aujourd'hui en France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite