Accueil » Chroniques » Cinéma: un début d’année prometteur
Lily-Rose Depp et Louis Garrel dans "L'homme fidèle".
Chroniques

Cinéma: un début d’année prometteur

Comme au début de l'année 2018, ce mois de janvier a été riche en bonnes toiles, aussi  me permettrais-je de mentionner celles qui valaient le déplacement, sans en parler abondamment car l'espace n'est pas élastique. Cependant vous ne serez pas privés de mes commentaires sur les films importants qui ont jalonné ce début d'année.
La Mule.

La Mule  de Clint Eastwood marque le retour de ce grand cinéaste qui s’était un peu perdu ces temps-ci dans des productions peu personnelles. Là, il nous offre son véritable film -testament où il incarne un vieil horticulteur qui va se faire le passeur de produits illicites au service d’un cartel peu recommandable. Eastwood incarne Earl Jones, ce vieil homme dépassé par cette époque où le portable est devenu roi et  la technique hyper envahissante. Tour à tour drôle, émouvant, chanteur, excellent conducteur et mauvais mari, il se raconte tout en nous enchantant par des gags, des scènes d’action et par sa mise en scène classique, héritée des grands cinéastes, tels John Ford.  Ajoutons une interprétation exceptionnelle qui comprend sa fille Allison, Bradley Cooper, Andy Garcia et Lawrence Fishburne.

Zemeckis au top

Bienvenue à Marwen.

Avec  Bienvenue à Marwen , Robert Zemeckis offre un film enthousiasmant et transforme un sujet dramatique – un homme rendu infirme par une agression commise par des néo-nazis- en une sorte de féerie magique. Inspiré par un horrible fait-divers, Zemeckis fait de la victime, Mark Hogancamp, un rêveur qui va créer un univers onirique où il se réincarne en capitaine US qui va affronter des nazis, accompagné par un lot de guerrières sexy… Le tout rend ce film inventif car Zemeckis est un as en  matière d’effets spéciaux qu’il met au service de ses films. On pense à  Roger Rabbit Forrest Gump et Retour vers le futur. Mentionnons aussi la performance de Steve Carrell dans le rôle principal.

L’homme fidèle, pas si fidèle que ça…

Dans la lignée des films de son père Philippe, Louis Garrel nous rappelle les films de la Nouvelle Vague qu’il admire et qu’il sait mettre à jour avec grand talent. Aidé par l’excellent Jean -Claude Carrière, il nous concocte, avec L’Homme fidèle, un marivaudage que n’aurait pas renié le grand Eric Rohmer. Abel vit avec Marianne qui attend un enfant d’un autre. Séparation de 10 ans …Et Abel cherche à reconquérir Marianne mais Eve est folle de lui. Ce petit résumé ne prétend pas restituer la richesse psychologique du film qui, bon point, ne dure que 75 minutes…Et puis l’interprétation est craquante avec Garrel accompagné de Laetitia Casta et de Lily-Rose Depp…Un régal vous dis-je.

Autres films à voir    

Edmond  excellente bio d’Edmond Rostand d’Alexis Michalik qui retrouve souvent le souffle  de Rappeneau avec une mise en scène virevoltante et une interprétation hors-pair. Et The Front Runner de Jason Reitman qui nous plonge au cœur de la politique US avec la tentative de Gary Hart qui combattait George Bush.

A très bientôt, ami lecteurs et bonnes « projos »…

 

À propos de l'auteur

Roger Herzhaft

Roger Herzhaft

Né à Strasbourg, il a exercé la profession d'opticien, passionné depuis toujours par le 7ème Art. Arrivé à Clermont-Ferrand en 1992, il fonde alors le "Cercle des Amis du cinéma" qu'il dirigera jusqu'en 2016,en tant que président. A animé ‌des émissions de télé et radio sur Clermont-Première, Radio Nostalgie et Radio France Bleu Pays d'Auvergne. Il aime en particulier le Western, Hitchcock, Truffaut, Steven Spielberg.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite