Accueil » Chroniques » N’y voir que du bleu…
Bleu comme le jaune méridional du Pastel des teinturiers / Photo © Bleu de Lectoure
Bleu comme le jaune méridional du Pastel des teinturiers / Photo © Bleu de Lectoure
Chroniques

N’y voir que du bleu…

De l’infini des yeux de Paul Newman aux clins de cils artificiels des présentatrices de journaux télévisés, l’engouement coloré occidental passe étrangement par une couleur froide...
Photo AS SImonet
Photo A.-S SImonet

Bleu comme le passeport du bonheur dans l’au-delà de l’Égypte pharaonique.
Bleu comme la mer et le ciel, unis à un horizon imaginaire, pour le meilleur et le pire de l’éternité des hommes.
Bleu comme le ciel sans saveur du drapeau de l’U.E. sans âme.
Bleu comme un billet de 20 euros, aussi insipide que vite évaporé.
Bleu comme le signe de ralliement des Conservateurs en France, Grèce, Belgique et Angleterre, ainsi que des Démocrates aux États-Unis.
Bleu comme les capes de lumière des premières corridas.
Bleue comme la peur du soldat, enfant de la balle perdue, au moment de devenir un héros.

CP. Coll. A.-S. Simonet
CP. Coll. A.-S. Simonet

Bleu comme le chèche des Touaregs, qui déteint sur leur visage d’”hommes du désert”.
Bleue comme la planète des hommes, bien présomptueux de parler d’environnement pour désigner la vie de la Terre.
Bleu comme le marine bien sage des demoiselles de la Légion d’honneur.
Bleu comme l’ordinaire vestimentaire de générations de douaniers, marins, postiers, militaires, facteurs ou d’ados en Levi’s.

CP - Coll. A.-S. Simonet
CP – Coll. A.-S. Simonet

Bleu comme l’hémoglobine aristocratique rouge sang des princes.
Bleus comme les “footeux” de l’équipe de France qui donnent du rêve et des sueurs froides à quelque soixante millions de supporters sur canapé.
Bleue comme une fichue carte bancaire goulûment avalée par un maudit D.A.B., laissant son détenteur penaud devant les dégâts collatéraux du sacro-saint “progrès”.
Bleu comme un casse-croûte auvergnat, pris entre l’index, le pouce et un rang de “fenières”, du côté de Laqueuille.
Bleue comme une frémissante côte de bœuf pressée d’accueillir la moelle qui va en faire un délicieux souvenir et la bête noire des végan !

Photo © A.-S. Simonet
Photo © A.-S. Simonet

Bleu comme le juteux fonds de commerce artistique d’Yves Klein depuis qu’il a déposé à l’I.N.P.I.*, le 19 mai 1960, la formule de son “International Blue”.
Bleu comme une gifle de givre qui s’abat, au petit jour, sur la neige de la nuit.

CP - Coll. Louis/Françoise Saugues
CP – Coll. Louis/Françoise Saugues

Bleu comme un débutant encore vert.
Bleu comme un “marron” !
Bleu comme la signature de la robe mariale, revisitée par l’Eglise à partir du XIIe siècle aux fins de métamorphoser la Vierge en “V.R.P.” de la céleste lumière divine.
Bleu comme les ventrebleu, palsambleu, morbleu, parbleu, sacrebleu, vertubleu et autres jurons jadis éjectés par des bouches en colère pour invectiver Dieu en jouant sur les consonnances pour éviter prudemment le blasphème.
Bleu comme le beau Danube d’opérette des valses viennoises…

… Et bleu comme l’indigo de ton regard qui met du rouge à mes joues et donne de l’espoir à mes cheveux gris.

*Institut national de la Propriété intellectuelle

À propos de l'auteur

Anne-Sophie Simonet

Historienne de formation universitaire, Anne-Sophie Simonet arpente depuis des décennies le « petit monde » clermontois de la presse. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, c'est en tant que président de l'association Les Amis du vieux Clermont qu'elle invite à cheminer dans sa ville natale, la plume en bandoulière.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite