Accueil » Chroniques » Les voyages forment la jeunesse…
"Après un voyage éreintant, vous voilà à Paris..."
Chroniques

Les voyages forment la jeunesse…

Lorsque la directrice du collège – qui a fait un courrier dithyrambique pour que votre Clara puisse intégrer le lycée de son (votre ?) choix – vous a demandé d’accompagner le voyage de classe des Troisième B à Disneyland, vous n’avez vraiment pas pu lui dire non. Dommage !...

Cinq heures du matin, vous rejoignez sur le quai de la gare une colonie de zombies A leurs airs encore endormis, vous pensez – innocente que vous êtes ! – pouvoir vous octroyer une petite sieste en prévision du marathon qui s’annonce.

Voyage, voyage…

Si le balancement du train vous procure une douce somnolence, il n’en est pas de même pour les ados, dont la puissance vocale dépasse très largement le périmètre de sécurité (pour les voisins) du wagon prudemment privatisé par le professeur principal. Il est passé où d’ailleurs, Monsieur Duchamp ? Le voilà qui revient, flanqué de deux élèves rigolards qu’il vient, juste à temps, de dissuader de casser la vitre du signal d’alarme, mais qu’il n’a pu empêcher de faire la manche dans la voiture suivante  pour  « leur pauvre professeur atteint d’Alzheimer ». Vous notez qu’ils ont tout de même récolté plus de vingt euros…  Après un voyage éreintant, vous voilà à Paris. Allez, il faut les compter. Vous n’êtes pas Miss Arithmétique, ça se saurait, mais compter jusqu’à 38 ne vous pose en général pas de problème. Mais là, vous buggez complètement, vous en êtes à 41 ! Ah, ils sont d’un autre collège et ils sont juste venus faire un tour ?  C’est le pompon, maintenant il va falloir les trier… Si le voyage a été rude, et on ne parle même pas du métro, où ils ont réussi à détraquer trois distributeurs et où vous avez dû, à chaque station, descendre rattraper au collet quelques ouailles égayées, le parc risque d’être pire encore. A l’entrée, vous décidez de faire trois groupes, dont un encadré par Ludo, qui avec ses deux ans de retard et son mètre quatre-vingt devrait pouvoir au moins se faire repérer de ses copains, à défaut de se faire obéir.

Et jamais ne reviens !

Vous trouvez que tout se passe mieux que prévu. A part quelques visites à l’infirmerie pour divers bobos allant de quelques nausées à une petite entorse, rien à dire.  Bien sûr, vous avez un peu paniqué quand vous avez aperçu Victor se rafraîchir les pieds dans la Rivière Enchantée, mais vous avez su occuper le vigile… On vous reconnait bien là ! Les autres groupes rentrent au complet – ouf – et il est temps d’aller au camping. Monsieur Duchamp  – il a pris dix ans et un gros coup de chaud à courir toute la journée derrière ses élèves, il est prof de maths, pas d’EPS… – sonne le coucher. Vous passez le début de la nuit à courir d’un bungalow à l’autre, essayant vainement de remettre chacun et chacune dans son propre lit. Vous déclarez forfait, enfoncez loin vos écouteurs, et sombrez avec bonheur, aux accents d’une « vraie » musique. Au comptage du matin il en manque une paire ! Vous les retrouvez derrière un bungalow, coincés dans le même duvet, au bord de la suffocation, collés l’un à l’autre comme des siamois. C’est sûr qu’ils font moins les fiers qu’hier soir ! Vous les menacez de mettre la photo sur Facebook – ils peuvent dormir tranquilles, vous n’avez que deux amis, votre mère et votre cousine Jacqueline –  et ça calme toute la classe d’un coup. La fatigue aidant, le retour est moins chahuté, à défaut d’être paisible. Pour autant,  Jules ira au lycée où il pourra – fut-il le digne héritier d’Einstein ou de Balzac –  mais vous ne ferez plus jamais de voyage de classe !

À propos de l'auteur

Caroline Abramovitch

Caroline Abramovitch

Clermontoise d’origine, ayant usé ses jeans sur les bancs de l’Ecole de Commerce, elle quitte la région en 1985. Longtemps exilée en Haute-Savoie, elle commence par enseigner le marketing et la vente avant de renouer avec sa passion de l’écriture, en devenant journaliste pendant quinze ans dans un magazine féminin régional sur les deux Savoie et Genève. De retour en Auvergne depuis 2010, elle partage son temps entre l’accompagnement d’enfants en situation de handicap, la pratique de la réflexologie et l’écriture.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite