Accueil » Archives pour Anne-Sophie Simonet
Anne-Sophie Simonet

Historienne de formation universitaire, Anne-Sophie Simonet arpente depuis des décennies le « petit monde » clermontois de la presse. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, c'est en tant que président de l'association Les Amis du vieux Clermont qu'elle invite à cheminer dans sa ville natale, la plume en bandoulière.

D'Histoire en Histoires

Auteur : Anne-Sophie Simonet

Chroniques

Fernand Raynaud, étudié pour faire rire

Fernand, c’était un imper à la démesure de ses gestes, un chapeau mou à la mesure de sa calvitie, un visage en caoutchouc de chez Bib, un accent usiné dans les cités Michelin de son enfance et une habileté diabolique pour les tours de cartes. 28 septembre 1973, Le Cheix-sur-Morge – Une légère courbe, une Rolls en folie, une malencontreuse bétaillère, la mort… Presque 45 ans ont filé et Fernand c’est toujours le Français moyen un peu franchouillard, passablement philosophe et Clermontois dans l’âme : « Lorsque, venant de Paris, après Aigueperse, j’aperçois le puy de Dôme et que, passant...

Chroniques

… Et Blaise créa la T2C

Le 8 juillet 2017, à 17 h 35, l’AFP annonce que François, le premier pape jésuite, vient de confier au journal La Repubblica une « conviction personnelle positive » pour le moins volcanique enfaveur de la béatification du premier des pourfendeurs des jésuites, un certain Blaise Pascal, par ailleurs génie de l’humanité et natif de Clermont-Ferrand. Que l’Argentin en blanc ait fait de la pauvreté le pivot de son pontificat répond aux « trois ordres » selon Pascal, mondain converti à un catholicisme d’une ascèse janséniste : « corps, esprit [et] charité »… En foi de quoi...

Chroniques

A Clermont, « ma ville…

[L]a seule où je ne sois pas un étranger, un passant qui pourrait ne pas revenir »*, les cols blancs sont désormais plus nombreux que les cols bleus. Qu’importe, Clermont-Ferrand est une ville authentiquement ouvrière. Et comme le patrimoine génétique socioculturel se renouvelle beaucoup moins vite que les générations de « Bibs », le Clermont des années 2010 pense et vit ouvrier. À fleur d’esprit et d’âme, la sage simplicité des « cités Michelin » se confond encore avec une humilité farouche. Alors, Clermont n’ose pas oser. Clermont se méfie de ceux qui affichent une réussite trop...