Accueil » Archives pour Anne-Sophie Simonet » Page 2
Anne-Sophie Simonet

Historienne de formation universitaire, Anne-Sophie Simonet arpente depuis des décennies le « petit monde » clermontois de la presse. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, c'est en tant que président de l'association Les Amis du vieux Clermont qu'elle invite à cheminer dans sa ville natale, la plume en bandoulière.

D'Histoire en Histoires

Auteur : Anne-Sophie Simonet

Chroniques

De Richard Wagner au wagnérisme auvergnat

Le wagnérisme est à Wagner ce que le « beethovénisme » ne sera jamais à un autre maître universel de la musique, une façon d’appréhender, traduire et transmettre une influence, toutes formes d’art confondues. En France, où de défaite de 1870 en revanche attendue, tout ce qui fait référence aux Prussiens est proscrit, la pensée de l’auteur Wagner est néanmoins relayée par Verlaine, Mallarmé, Villers de l’Isle Adam, Stuart Merrill ou André Suarès, notamment via la Revue wagnérienne, mensuel paru de février 1885 à juillet 1888. Persuadé que « l’œuvre d’art doit embrasser tous...

Chroniques

Les « fusillés pour l’exemple » de 14-18

Grande Guerre et immense traumatisme… La France devra attendre 1950 pour retrouver ses 41 600 000 d’habitants de 1913-1914. Près de 1 400 000 soldats meurent au champ d’honneur, dont 68 000 issus des rangs de la 13e Région militaire clermontoise. Et comme si combattre les « Boches » ne suffisait pas, des poilus tombent sous des balles françaises bien avant les mutineries de 1917. La fleur au fusil fanée, les soldats encaissent mal le premier hiver et l’attente fébrile de permissions sans cesse reportées. À leur désarroi répondent des conseils de guerre spéciaux aux...

Chroniques

Bibi-la-Purée a choqué les ver(re)s avec Verlaine

Grand-père Bibi, Jean Salis, avait émigré de son village des Grisons suisses en Livradois pour chercher moins d’infortune. Papa Bibi, qui exerce le gouleyant métier de cabaretier, abreuve le Cercle littéraire d’Ambert. Bibi, né André-Joseph Salis à Ambert le 28 juillet 1848, est pris en charge, à 16 ans, par son oncle prêtre qui devient son tuteur et lui verse une rente. Après un hypothétique service militaire dans les zouaves, sa « figure chafouine [dans laquelle] s’étire une bouche édentée aux lèvres minces, serrant un éternel mégot » arpente Paris. Dans l’effervescent Quartier latin, Bibi...

Chroniques

Le « nègre » malgré lui de Molière

1670, année du Bourgeois gentilhomme – L’Illustre Théâtre est, depuis cinq ans, la « Troupe du Roi » en charge des spectacles officiels. De cour en salon, les envoyés spéciaux de Molière glanent des sujets d’inspiration, soigneusement mis en fiches. Puis, son staff met au point les scénarii et se partage les tâches, Molière ne jouant que le rôle de superviseur, ce qui explique sans doute l’absence de manuscrits de ses œuvres dans la langue de lui-même ! Le 3 octobre 1670, en partant chasser en forêt de Chambord, Louis XIV passe commande à sa Troupe d’une comédie-ballet à donner au château le...

Chroniques

Fernand Raynaud, étudié pour faire rire

Fernand, c’était un imper à la démesure de ses gestes, un chapeau mou à la mesure de sa calvitie, un visage en caoutchouc de chez Bib, un accent usiné dans les cités Michelin de son enfance et une habileté diabolique pour les tours de cartes. 28 septembre 1973, Le Cheix-sur-Morge – Une légère courbe, une Rolls en folie, une malencontreuse bétaillère, la mort… Presque 45 ans ont filé et Fernand c’est toujours le Français moyen un peu franchouillard, passablement philosophe et Clermontois dans l’âme : « Lorsque, venant de Paris, après Aigueperse, j’aperçois le puy de Dôme et que, passant...

Chroniques

… Et Blaise créa la T2C

Le 8 juillet 2017, à 17 h 35, l’AFP annonce que François, le premier pape jésuite, vient de confier au journal La Repubblica une « conviction personnelle positive » pour le moins volcanique enfaveur de la béatification du premier des pourfendeurs des jésuites, un certain Blaise Pascal, par ailleurs génie de l’humanité et natif de Clermont-Ferrand. Que l’Argentin en blanc ait fait de la pauvreté le pivot de son pontificat répond aux « trois ordres » selon Pascal, mondain converti à un catholicisme d’une ascèse janséniste : « corps, esprit [et] charité »… En foi de quoi...

Chroniques

A Clermont, « ma ville…

[L]a seule où je ne sois pas un étranger, un passant qui pourrait ne pas revenir »*, les cols blancs sont désormais plus nombreux que les cols bleus. Qu’importe, Clermont-Ferrand est une ville authentiquement ouvrière. Et comme le patrimoine génétique socioculturel se renouvelle beaucoup moins vite que les générations de « Bibs », le Clermont des années 2010 pense et vit ouvrier. À fleur d’esprit et d’âme, la sage simplicité des « cités Michelin » se confond encore avec une humilité farouche. Alors, Clermont n’ose pas oser. Clermont se méfie de ceux qui affichent une réussite trop...